POUR LE CD SPORT, POLE, MEILLEUR TOUR ET UN PODIUM PRESTIGE !

vendredi 5 mai 2017 par IMEC

Trois bonnes nouvelles contre une moins bonne, tel est le bilan sommaire du déplacement de CD Sport en Algarve au Portugal. Dans la colonne« positif », on peut bien sûr inscrire la pole position et le meilleur tour en course de la Norma N°14 ainsi que le premier podium du trio de la N°31 en catégorie Prestige. Par contre, la victoire absolue a échappé à l’équipe basée en Dordogne, qui avait pourtant le potentiel pour viser un exploit à l’occasion de la course la plus méridionale du calendrier V de V.

Norma N° 14 Alors que le Challenge Endurance Proto V de V découvre les méandres vallonnés de Portimao, Johan-Boris Scheier licencié à l’ ASA Armagnac-Bigorre signe la première pole position de CD Sport de l’année. Dimanche, Inès Taittinger prend un bon départ avant d’être rappelée au stand pour un changement de pneus car une violente averse vient de s’abattre sur le circuit. Mais l’asphalte sèche plus vite que prévu et Johan-Boris Scheier doit chausser des pneus slicks pour signer le meilleur tour en course dans la 17e boucle. Puis Inès Taittinger repart à l’attaque. Elle réalise un relais de toute beauté, en pneus slicks sur une piste dont l’adhérence évolue selon les caprices de la météo. Malheureusement, elle commet un petit tête à queue qui se termine par un détour dans le bac à graviers. Il faut ramener la voiture derrière la dépanneuse et procéder à un nettoyage avant de repartir. Ultime mésaventure pour la Rémoise, au moment d’un ravitaillement en essence, la pompe des organisateurs tombe en panne ! Kevin Bole Besançon en termine par deux heures d’un de ces relais lumineux dont il a le secret. « Nous avons découvert un très beau circuit et il n’a manqué qu’un meilleur résultat pour que notre week-end soit parfait » concluait le Charentais.

Norma N°31 Enfin ! La patience de Ludovic Cochet, Rémy Kirchdoerffer et Gérard Faure a été récompensée à Portimao par un premier podium dans la catégorie Prestige, dédiée aux équipages sans pilote Elite. Chargé du départ, Rémy Kirchdoerffer nous raconte le début de la course vu du cockpit de la Norma N°31. « L’averse est arrivée au troisième tour. De nombreuses voitures se sont engouffrées dans la pitlane et j’ai eu la mauvaise idée de suivre le mouvement. J’ai bien tenté de prévenir le team mais la radio n’a pas fonctionné. »

Comme Johan-Boris Scheier avec la N°14, Ludo Cochet repart en pneus pluie pour revenir peu après aux slicks… et signer quelques chronos d’anthologie. Rémy Kirchdoerffer lui succède mais la pluie ne tarde pas à refaire son apparition. « Cette fois je suis resté en slicks pour les trois quarts de mon relais, avant qu’un retour aux pneus pluie ne finisse par s’imposer. J’étais P5 et 2e en Prestige quand j’ai passé le témoin à Gérard. » Le dernier relayeur connaît quelques coupures moteur qui nécessitent une intervention de l’équipe. Puis il parachève avec panache et assurance une œuvre collective qui mène ses trois auteurs sur la troisième marche du podium Prestige.

« C’est un beau petit résultat qui fait chaud au cœur. Je ne connaissais pas le circuit et il m’a beaucoup plu avec ses virages en aveugle. Mon coach Julien Vidot m’a bien aidé et Jonathan Cochet, présent aux côtés de Ludo, m’a également donné de bons conseils. Compliments à l’équipe pour nous avoir préparé une voiture top, facile à piloter et à maîtriser dans des conditions qui n’étaient pas toujours évidentes. » concluait Rémy à l’unisson de ses équipiers.

Le team-manager Claude Degrémont ne pouvait s’empêcher d’exprimer quelques regrets. « La performance est satisfaisante mais le résultat n’est pas là pour la 14. Les pilotes méritent des éloges, avec une mention spéciale pour Inès qui a fait un relais de folie en slicks sur piste humide. Nous n’avons pas choisi la bonne stratégie au début, et pourtant, en regardant le ciel complètement bouché, nous pensions vraiment avoir raison. L’organisateur nous a rendu 3 minutes et 2 secondes suite au problème rencontré lors du ravitaillement à la citerne d’essence mais en fait nous avons perdu davantage. Cet arrêt pendant une neutralisation devait nous permettre de refaire une partie du terrain perdu… De plus on n’a pas eu la quantité d’essence voulue, ce qui nous a pénalisé pour la fin de course. Quant à l’équipage de la 31, c’était une vraie délivrance de les voir sur un podium ! »

On retrouvera l’équipe CD Sport les 27 et 28 mai au Paul Ricard… où elle est invaincue depuis 2011 !

B.L.S. – communiqué @ photo Maurice Camus