PARMI LES PLUS BELLES COURSES DE LA SAISON

mercredi 6 septembre 2017 par IMEC

Après plus de deux moins de trêve, la saison Blancpain GT Series Sprint Cup 2017 a repris ses droits fin août sur le circuit du Hungaroring situé à quelques kilomètres de Budapest. L’occasion pour l’équipage Jean-Philipe Belloc, Christophe Bourret de reprendre le volant de la Mercedes-AMG GT3 N°89 préparée par l’écurie AKKA-ASP et de tenter de rééditer la performance signée l’an dernier en Hongrie où ils avaient remporté leur première victoire dans la discipline, ainsi qu’une 2e place. Particulièrement impatients d’en découdre et forts d’une solide préparation physique effectuée durant cette longue pause sans compétition, Jean-Philippe et Christophe ont réalisé deux manches parfaites, tant sur le plan de la performance que des arrêts au stand. Les deux pilotes ont assurément accompli leurs deux plus belles courses depuis le début de la saison. Cependant, face à une concurrence de plus en plus affûtée, engagée pour la plupart dans d’autres championnats, l’équipage de la Mercedes-AMG GT3 N°89 a dû se contenter de deux belles 4e place à l’occasion de cette quatrième manche de la saison.

Jean-Philippe Belloc : ‘‘J’ai toujours apprécié le circuit du Hungaroring et y ai souvent signé d’excellents résultats. A l’instar de notre victoire la saison dernière qui s’inscrivait comme la première en Blancpain GT Series Sprint Cup. Nous avions évidemment l’ambition de faire aussi bien cette année. Or, force est de constater que notre week-end s’est parfaitement déroulé. Nous avions décidé de ne pas utiliser de pneus neufs lors des essais libres dans le but de les conserver pour être plus performants durant les deux courses. Au regard des précédentes courses de la saison qui ont été le théâtre de nombreux accrochages, nous nous attendions en effet à des scénarios identiques au Hungaroring, tracé parmi les plus compliqués par sa configuration pour effectuer des dépassements. Toutefois, il se trouve que les deux courses furent particulièrement calmes. Dans ces conditions, notre stratégie qui consistait à privilégier les courses au détriment des qualifications ne s’est pas avérée aussi payante que prévue. Toujours est-il qu’en nous élançant dans la seconde partie du peloton, nous avons effectué deux courses solides et performantes. Christophe continue à progresser au fil des courses. Il en a fait une nouvelle fois la démonstration en signant certainement la prestation la plus aboutie de sa carrière. Reste que nous continuons à accuser un déficit de roulage par rapport à nos concurrents qui ont tous participé aux 1000 km du Paul Ricard et aux 24 Heures de Spa. Voire à des courses du VLN et de l’Adac. Ainsi, si je prends l’exemple du jeune et talentueux Jules Gounon qui fait partie de l’équipage directement concurrent du nôtre, dans la mesure où il court également au sein de l’écurie AKKA-ASP dans la catégorie Pro-Am avec la même voiture, celui-ci compte déjà un total de vingt week-ends de courses réparties dans d’autres championnats depuis le début de l’année. Comparé à nous qui abordions notre quatrième rendez-vous de la saison, l’écart de roulage et de compétition est conséquent. Ce n’est pas une excuse, mais une explication. Nous mesurer à de tels pilotes dans une compétition aussi relevée est à la fois une chance et un handicap. Une chance dès lors que nous parvenons à leur tenir tête en course, comme ce fut mon cas durant la deuxième course qui a été le témoin d’une superbe bagarre avec Jules qui a finalement pris le dessus et terminé avec une seule seconde d’avance. Un handicap puisque nous ne pouvons rivaliser face à de tels pilotes en pleine éclosion professionnelle qui accumulent jusqu’à cinq fois plus de courses que nous dans une saison. Dans ce contexte, nos deux 4e places sont des excellents résultats. Comme souvent, nous avons été victimes de notre manque de compétition en début de week-end. Puis, nous sommes montés en puissance durant le meeting pour parvenir à rivaliser avec les meilleurs de notre catégorie. C’est donc avec une certaine impatience que nous attendons la prochaine et dernière manche qui se déroulera dans trois semaines sur le circuit du Nürburgring (configuration Grand Prix). Une piste qui, de surcroît, conviendra mieux à notre Mercedes-AMG GT3 que celle du Hungaroring.

B.L.S. – communiqué @ photo Patrick Hecq