LES ECHOS DES COUPES DE PÂQUES

samedi 26 mars 2016 par IMEC

Pilotes et organisateurs pour la photo de famille, René Pascouau président de l’ ASA et la seule nana, Caroline Diviès, Présidente du circuit entre autre.

Ce vendredi réservé aux essais privés exceptés pour les GT – Protos, sont l’occasion d’ échanger avec les uns et les autres avant de renter dans le grand bain, en voici quelques uns.

Un homme heureux : Luc Rozentvaig à plus de 70 ans est un homme heureux. ‘’Depuis mes débuts je suis licenciés à l’ ASA Armagnac Bigorre et je cours depuis 50 ans, j’ ai connu les trois circuits Paul Armagnac . Aujourd’hui je suis un homme HEUREUX.’’ Luc a touché de multiples disciplines du sport automobile, aujourd’hui il dispute le championnat Mitjet 2 litres.

40 bougies pour Bonnaud : Egalement un des vétérans Christian Bonnal, Monsieur Caterham qui a débuté dans une Formule Renault en 1976, justement à Pâques, ce qui veut dire qu’ il accumule 40 bougies de compétition. Comme lui, il connaît les évolutions du circuit gersois. Maintenant il gère les compétitions de Catheram. Ce week-end, son fils Vincent, dispute en pigiste la Cathéram R300 et une des OAK Racing.

Quelques bougies de moins : Le Bordelais ne possède pas autant de bougies mais pas beaucoup moins ; lui aussi a vu les différentes évolutions du circuit et pour rien au monde il voudrait rester sur la touche.

Michel Sarran, des casseroles au volant :natif de Saint Martin d’ Armagnac dans le Gers sa réputation n’est plus à faire, le fin et gourmet cuistot installé dans Toulouse mais aussi l’ émission de télévision Top 6 diffusée toutes les semaines, va pour la première fois de sa vie piloter une voiture ‘’La première fois que j’ai pilotée, il s’agit des essais libres, avec la Mitjet, pas facile.’’ On s’en doute, mais au fait attention de ne pas faire comme les œufs pour les omelettes avec la Mitjet, sinon gare au père Dayraut

Où sont-ils ? : pas le Revélois Franck Morel, engagé sur la Viper ou de l’ Albigeois Bruneau Cosin également aux abonnés absents. Pour Cosin, les pièces pour la Seat Leon n’a pas été livré à temps voulu. Mais il apparaît que faire une épreuve d’endurance de deux heures, d’ailleurs comme pour Morel, ne pouvait se réaliser dans de bonne condition.

Pas de veine : Loïc Dupont qui se lance après les Clio et Twin’cup part vers la RCZ en ce début de saison. Pas de chance il n’est pas de son côté. Dés le début des essais une fuite d’ huile de la boite de vitesse l’immobilise.

Plus de 60% : Marc Pachot nous avoue qu’ exactement 62% pilotes venus de la Twin’cup sont de parfaits néophytes : un joli score qui vient sans aucun doute à l’engagement de budgets très raisonnables.

B.L.S.