LE MANS : CEUX QUE L’ON N’ ATTENDAIT PAS

lundi 19 juin 2017 par IMEC

L’ Oreca N°38 de Tung, Laurent, Jarvis monte sur la 2e marche du podium et s’impose en LMP2

Les 24 Heures du Mans se sont terminées dimanche à 15 heures, remportées par un équipage que personne n’attendait, après de multiples péripéties, la Porsche Hybrid N°2 de Bernhard, Bamber, Hartley revenue du diable vauvert après ses déboire samedi en milieu de soirée.

Comme nous l’avions écrit lors de la présentation de l’épreuve (1), Toyota se trouvait en mesure de s’imposer au vu de ses prestations depuis le début de la saison. Mais rien n’a tourné dans le bon sens, tout s’est emmêlé et en trois mouvements les trois TS050 Hybrid vont boire le calice jusqu’à la lie, à croire que la firme japonaise a une sacrée scoumoune. Tout d’abord les deux TSO50, les N°8 et 9 dominent les débats pour se transformer en cauchemar après 23 heures. La N° 8 de Buemi, Davidson, Nakajima rencontre des problèmes avec son système hybride, qui la voit plonger dans les profondeur du classement et reprend sa ronde nocturne à la 53e place. Deux heures après c’est au tour de la N°7 pilotée par Conway, Kobayashi, Sarrazin qui jètent l’éponge après un problème d’embrayage. Pratiquement dans le même temps la N°9 de Lapierre, Kuminoto, Lopez victime d’un accrochage avec une LMP2, avec comme conséquence une crevaison et un début d’incendie, s’ en est terminé pour Toyota. Pendant ce temps la Porsche N°1 de Jani, Lotterer, Tandy mènent la danse jusqu’à 3h50 du drapeau à damier, lorsque au Tertre Rouge la voiture perd de sa puissance, Lotterer au volant doit parcourir pratiquement tout le tracé et n’y réussira pas, il s’immobilise avant Mulsanne, fini pour la N°1. Ceci fait les affaires des LMP2 qui voient trois protos de la catégorie monopoliser le podium. Sauf que la seconde Porsche partie de la 55e position après ses ennuis du système hybride remonte un à un tous ses adversaires pour finalement s’imposer, ce qui porte le nombre à 19 victoires aux 24 Heures du Mans à son actif. En LMP2 la régularité de l’équipage Tung , Laurent, Jarvis sur l’ Oreca 07 – Gibson du Jackie Chan DC Racing à une splendide 2e place et la première de la catégorie. Les troisièmes sont Piquet Jr. Heinemeier – Hanssson, Jarvis sur l’ Oreca Gibson de la Vaillant Rebellion. Pour l’anecdote, la seconde voiture du Jackie Chan DC Racing se classe 4e et monte sur le podium du LMP2 avec Cheng, Gommendy, Brundle.

Ouvrons une parenthèse, à 19 ans Thomas Laurent court pour la première fois aux 24 heures et s’est fort bien acquitté de son boulot. Le natif de la Roche sur Yon en Vendée après avoir remporté la Coupe du Monde en Karting KZ2 il y a deux ans, a débuté en 2016 en automobile avec une LMP3, avec trois victoires en autant de courses. Ce week-end sur une LMP2 il remporte la catégorie et le Trophée Jean Rondeau de meilleur débutant, un futur champion est né.

La catégorie en LMGTE Pro ont offert un spectacle d’une rare intensité, de vrai fous furieux, Corvette, Porsche, Aston Martin, Ford, Ferrari n’ont jamais rien lâché quatre à cinq GT dans le même tour un coup à toi un coup à moi et ceci pendant 24 heures. Au finish c’est l’ Aston Martin Ventage de Turner, Adam, Serra qui s’impose devant la Ford GT de Priaulx, Tincknell, Derani et la Chevrolet Corvette de Magnussen, Garcia, Taylor, en 4e position la Porsche 911 RSR du Gersois Patrick Pilet, Lietz, Makowiecki. En LMGTE Am le podium est monopolisé par les Ferrari 488 GTE.

Pour les pilotes régionaux pas beaucoup de chance, tout d’abord une grosse sortie de route pour Emmanuel Collard avec l’ Oreca 07 Gibson du TDS Racing au petit matin, la Ligier JSP 217 du Panis Barthez- Compétion ne verra pas l’arrivée, aux mains Fabien Barthez la boîte de vitesses lâche en fin de matinée, pour le Toulousain Olivier Pla après une sortie de piste d’un de ses coéquipiers, il termine en 10e position en LMGT Pro.

(1) Voir ici : http://www.actumecanique.com/spip.php?article6472

B.L.S. @ photo DPPI