LE CD SPORT DANS LE BON RYTHME

jeudi 30 mars 2017 par IMEC

La saison du Challenge Endurance Proto V de V a débuté à Barcelone conformément à la tradition. Dans la foulée de son titre acquis en 2015 et de la médaille de bronze décrochée l’an passé, l’équipe périgourdine CD Sport a affiché de solides performances sur le circuit du Grand Prix d’Espagne de F1. Malheureusement, la Norma N°14, partie en première ligne, a été victime d’un coup du sort et contrainte à l’abandon. Quant à l’équipage N°31, il a affirmé son potentiel et ses vues sur le podium de la catégorie Prestige*.

Norma N°14Avec Inès Taittinger, Johan-Boris Scheier et Kevin Bole-Besançon, CD Sport a su composer un redoutable trio apte à jouer les premiers rôles. Le dernier nommé décroche le 2e temps aux essais et conformément au nouveau règlement, Inès Taittinger gradée « Gentlemen » se charge du départ. Alors qu’elle mène la danse, un autre pilote heurte l’arrière de la Norma, ce qui contraint la Rémoise à rentrer au stand avec une roue crevée. Elle perd un tour dans l’incident. Kevin Bole Besançon est le deuxième relayeur mais pas pour longtemps. Deux tours après son entrée en piste, un corps étranger s’infiltre dans la courroie de pompe à huile et le Charentais doit garer son bolide meurtri.

« Ce n’est pas une bonne nouvelle pour le championnat, mais la voiture est saine et nous formons un bel équipage. » résumait Kevin. Johan-Boris, qui n’a pas pu rouler en course, partageait l’avis de son équipier. « J’ai trouvé la voiture super bien aux essais et nous avons travaillé avec un excellent ingénieur en la personne de Cyril Comte (Directeur technique de l’équipe de Formula Renault 2.0 R-Ace GP). Nous avons déjà une très bonne base mais l’auto devrait encore évoluer dans le courant de la saison. » Le champion de la Clio Cup 2006 est le coach d’Inès Taittinger, de retour en groupe CN 2 litres après une saison en LMP2. « Aujourd’hui, elle exploite vraiment bien la voiture. L’idée est d’essayer de gagner des courses pour renforcer sa confiance et envisager d’accéder à d’autres disciplines de haut niveau dans l’avenir. Le fait que je sois moi aussi derrière le volant nous permet de travailler ensemble avec des infos plus pertinentes et plus précises. »

Norma N°31 La 31 accueille les trois mêmes pilotes qu’en 2016. Elle a roulé sans aucun problème pendant… 5 heures et 50 minutes, avant de devoir renoncer suite à un accrochage. Mais elle a tout de même été classée dans le Top 10, inscrivant ainsi quelques bons points au championnat. « C’est de ma faute. On jouait la 4e place en Prestige et depuis plus d’une demi-heure, je n’arrivais pas à doubler mon adversaire qui était un peu plus rapide en ligne droite. J’ai essayé de le surprendre dans la chicane précédant la dernière courbe du circuit, mais il m’a refermé la porte. Le radiateur d’huile a été touché… Dommage car l’auto était top et mes équipiers avaient fait un super boulot, de même que le team CD Sport. Mais il fallait bien tenter quelque chose. » avouait Ludovic Cochet Gérard Faure n’était pas loin de penser la même chose que Ludo sur ce point. « Je lui donne raison d’avoir essayé, le jeu en valait la chandelle. Personnellement, je suis satisfait car la voiture a bien fonctionné et je pense que c’est une de mes plus belles courses en termes de rythme et de régularité. » Ancien test-driver en F1 et vainqueur de la Coupe d’Europe de F3, le frère de Ludo Cochet, Jonathan, est à nouveau présent cette année pour coacher les pilotes de la N°31. Comme Gérard Faure, Rémy Kirchdoerffer a fait un énorme pas en avant à Barcelone. La comparaison de leurs chronos entre 2016 et 2017 est édifiante. « Je me suis bien préparé cet hiver, notamment à Font Romeu avec Xavier Feuillée, qui entraîne des pilotes comme Esteban Ocon ou Jose-Maria Lopez. En plus de Jonathan Cochet, je pourrai compter cette année sur les conseils de Julien Vidot (vice-champion de France de Formule Renault en 2001 avec CD Sport). Je suis satisfait de mes relais avec de beaux dépassements et de bons temps sur ce circuit que j’apprécie beaucoup. »

Au soir de cette première manche de la série V de V Le team-manager Claude Dégremont positive : « Barcelone continue à nous bouder mais cela ne nous a jamais empêchés de finir la saison en trombe. Nous avons prouvé que nos voitures sont performantes et que nos équipages sont dans le match. Rendez-vous à Portimao les 29 et 30 avril pour la revanche ! »

*Prestige : équipage sans pilote gradé Elite

B.L.S. – communiqué D.R.