GT FFSA : LE TEAM AKKA - ASP EN COURSE POUR LES TITRES

mardi 29 septembre 2015 par IMEC

Cette deuxième excursion du championnat de France GT hors de l’hexagone conduit les concurrents en Espagne, sur le superbe circuit de Navarra. Soleil radieux et température idéale, les conditions de piste étaient parfaites pour les deux courses. Le Team Akka-Asp en a profité pour signer sur la deuxième course un magnifique succès avec l’équipage de la N°20 composé de Jean-Luc Beaubelique, Morgan Moullin-Traffort et Rino Mastronardi, remplaçant de Philippe Giauque blessé. Une victoire qui succède à un abandon sur la course de la veille. Les deux autres voitures, la N°16 de Eric Debard, Olivier Panis et Fabien Barthez et la N°10 de Christophe Bourret, Pascal Gibon et Jean-Philippe Belloc, ont quant à elles bouclé les deux courses en montrant de belles performances. A moins d’un mois de la finale sur le circuit Paul Ricard, le Team Akka – Asp est toujours dans la course aux titres, pilotes et par équipe.

Pour cette manche espagnole, l’équipe aligne de nouveau trois voitures mais l’une d’entre-elles voit son équipage modifié. « En début de semaine dernière, Philippe Giauque s’est rendu à Magny-Cours essayer un Proto CN, proche en performance de ceux qui seront engagés sur le championnat de France l’année prochaine. Malheureusement, Philippe a fait une sortie de piste et se retrouve avec une vertèbre abîmée. Nous étions à quelques jours de Navarra et il a fallu trouver rapidement un pilote pour le remplacer. J’ai contacté Rino Mastronardi que j’ai côtoyé sur la Blancpain Endurance Series. Il était disponible pour Navarra et nous sommes parvenus à trouver un accord pour qu’il roule et tout s’est bien passé… » explique Jérôme Policand

Ferrari N°20 : Ce « nouvel » équipage fait rapidement connaissance et fonctionne tout aussi vite. Lors des essais qualificatifs, Rino Mastronardi réalise le meilleur chrono de sa série de qualifications et Jean-Luc Beaubelique le 10e , ce qui positionne l’équipage au 4e rang de la course 1. De son côté, avec la régularité d’un métronome, Morgan Moullin-Traffort établi le 3e chrono scratch de la qualification pour la course 2. La première course se présente sous les meilleurs auspices malgré un handicap de 8 secondes consécutif au podium de Magny-Cours. Les deux premiers relais s’enchaînent sans problème puis Morgan reprend le volant pour l’ultime tiers de course. [bleu}« Morgan au volant, évoluet sur un bon rythme, le podium était à portée de roue. Mais après seulement trois tours, l’alternateur a claqué générant des problèmes électriques synonymes d’abandon. Le podium s’est envolé et avec lui de précieux points pour le classement général du championnat… Le lendemain, la seconde course se déroule sans accroc. Reprenant une place, suite à la crevaison de l’Audi de Parisy, Morgan passe le volant à Jean-Luc en deuxième position. Jean-Luc reprend la piste en tête et la conserve jusqu’au relais de Rino qui conclue en beauté en coupant le premier la ligne d’arrivée. « Course limpide, rien à dire… Tout s’est parfaitement enchainé. Nous sommes troisièmes au championnat mais sans l’abandon de la veille, nous aurions pu resserrer les écarts. Nous avons connu des problèmes quand nos adversaires directs ont brillé et inversement. Même si mathématiquement tout est encore possible pour le titre pilotes, il faut se montrer lucide, ce sera compliqué. Par contre, nous sommes en tête avec un peu d’avance par équipe. Quoi qu’il en soit, au delà du championnat, cette victoire fait beaucoup de bien à tout le team ! Sur l’ensemble de la saison, notre plus gros problème a été de concrétiser, alors quand cela se produit, nous n’allons pas bouder… »

Ferrari N°16 : Cet équipage a une nouvelle fois du faire face à des qualifications un peu compliquées où trouver la performance s’est avéré difficile. Sur la première course, les événements se sont correctement enchaînés et le trio a fait une course solide. La remontée était belle et en passant sous le damier en 6e position, la satisfaction légitime. « Sur la course 2, Olivier (Panis) est resté bloqué un moment derrière une Porsche et du coup, n’a pas pu raccrocher le bon wagon. Il a malheureusement perdu du temps. En toute fin de course, Fabien (Barthez) s’est offert un tête-à-queue. Ayant pu repartir il passe sous le damier 10e. Ce week-end ne se termine pas de la meilleure des façons mais nous continuons à travailler pour optimiser la voiture. »
5166-3 à gauche

Ferrari N°10 : son équipage Christophe Bourret, Pascal Gibon et Jean-Philippe Belloc a vécu, en termes de performance, sans doute son meilleur week-end de la saison. Après avoir fait l’impasse sur Magny-Cours, le trio a repris la piste à Navarra, 100% motivé. Malgré des qualifications un peu difficiles, la première course se déroule sans encombre et se solde par une très belle 8e place. « Dimanche, les événements qui avaient encore mieux débuté ont malheureusement pris une autre tournure. Installée au 4e rang à la régulière, la Ferrari va écoper d’une pénalité pour non-respect du temps dans les stands, et cela a tout gâché. Ce stop and go est vraiment rageant. Il est la conséquence d’un message radio mal interprété. Mais après un début de saison difficile, ce niveau de progression est vraiment encourageant. »

La prochaine et ultime étape de la saison du championnat de France GT sera la finale sur le circuit Paul Ricard les 24 et 25 octobre. « Nous n’avons pas de course jusqu’à la finale. Cela va nous permettre de nous poser un peu et de réfléchir à la saison prochaine. Nous allons, comme toujours, nous battre jusqu’au bout pour aller chercher un autre titre. Après celui en Blancpain Endurance Series, une récompense sur le championnat de France ferait aussi beaucoup de bien. Même en ayant connu cette saison en France quelques week-ends ‘’chaotiques’’, nous sommes toujours en lice pour les deux titres… »

B.L.S. – Source Akka-Asp @ photos P. Hecq