DE QUOI DEMAIN SERA-T-IL FAIT POUR LES FUTURES LIGUES ?

mercredi 16 décembre 2015 par IMEC

Depuis dimanche dernier, les élections pour élire les nouveaux conseils régionaux des 13 régions sont désormais terminées. Des régions qui ont fait l’objet dans certains cas des nouvelles définitions, à l’exemple de Midi-Pyrénées avec le Languedoc Roussillon ou Aquitaine, Limousin, Poitou - Charente.

Notre propos ici n’est pas rentrer dans les débats sur les nouvelles définitions territoriales, mais de nous poser des questions sur les futures zones géographiques des comités. Comités qui changent de noms pour reprendre celui de Ligues comme, ils étaient dénommés avant l’année 2000. Explications : Marie Georges Buffet alors Ministre de la Jeunesse et des Sports, avaient demandé que les zones des ligues correspondent à celles des régions et, la FFSA avait alors instauré le nom de Comité. A titre d’exemple le Gers qui était rattaché à l’ Aquitaine a rejoint Midi-Pyrénées. Si l’on garde cette définition cela veut dire que certains comités vont être dissous, pour n’en faire plus qu’un, et bien sûr ceci aura des impacts sur l’activité sportive, que nous le voulions ou pas. Prenons le cas du pilote habitant à Ganges dans le Gard qui, veut disputer le championnat de la Montagne du Languedoc Roussillon, quelques partenaires le suivent, il boucle difficilement son budget, mais bon cela va aller. Quelques semaines avant le début de la saison, on lui apprend que désormais rentrent en compte les épreuves de Midi-Pyrénées, ce qui veut dire qu’il faudra qu’il se rende aussi à Cauterets au dessus de Lourdes dans les Hautes-Pyrénées, soit en gros 500 bornes à aller et autant au retour. Idem pour un commissaire de Lourdes qui va faire le chemin inverse pour officier sur une épreuve du côté de Ganges. Inutile de dire que les budgets vont exploser et nombreux sont qui ne pourront pas suivre. Si les zones géographiques restent en l’état actuel des choses, avec 2 ligues, ou trois suivant les régions réunies au sein d’un comité, qui par exemple se chargera de tout ce qui concerne l’administratif, cela ne changera pas grand choses pour les licenciés, sauf peut-être une adresse et un numéro de téléphone, mais pas de quoi fouetter un chat.

Dans un peu plus de deux mois nombreux sont ceux qui vont remettre le casque, pour attaquer une nouvelle saison. Un délai très, très court que devra mettre à profit les instances dirigeantes, pour annoncer de quoi demain sera fait, cela devient urgent, car aujourd’hui le flou est le plus total.

B.L.S.