ARNOS : SILENCE ON TOURNE AVEC LA TESLA !

lundi 4 décembre 2017 par IMEC

Ce samedi de mi novembre, avec un temps printanier, direction le circuit d’ Arnos, dans ce magnifique écrin de verdure, pour découvrir uneauto pas tout à fait ordinaire, la Tesla voiture électrique de conception américaine, conçue par Elon Muks.

Pour quoi ce déplacement me direz-vous ? Et bien tout simplement une invitation destinée à découvrir une voiture de compétition due à l’Ecossais Mark Gemmell qui lancera en 2018 un nouveau championnat de voiture électrique, après celui de la Formule e. A mon arrivée déjà de nombreuses personnes entourent plusieurs voitures Tesla, une de compétition, les autres de série. Après les formalités d’usages direction la piste et le matos afin d’immortaliser les ébats silencieux de ces voitures qui n’on rien à voir avec des bêtes de course mais à de grosses berlines style BMW, Mercedes, etc. Il est sûr qu’un bordure de piste c’est pratiquement le silence le plus absolu, enfin pas tout à fait, seul le chuintements des pneus, sinon comme dit un de mes amis, ‘’On n’entant rien, sinon un silence assourdissant !’’ Bon d’accord c’est silence on tourne ! Les clichés réalisés, l’on jète un regard intéressé sur la Tesla. Au premier abord, je l’ai déjà dit elle se rapproche d’une berline disons bourgeoise, ce qui n’ est pas faux étant donné que sa première vocation n’ était pas destinée à la compétition, par contre un vrai foudre de guerre avec quelques 2 secondes pour passer de 0 à 100km/h. Intrigantes, les portières qui s’escamotent en rentrant dans la carrosserie, un écran tactile géant de 17 pouces face au conducteur (ou pilote), inclinable qui pivote pour mieux lire le jour ou de nuit, tout le reste est pratiquement identique à une voiture de compétition, par contre lorsque l’ on jette un regard dans le compartiment moteur, ces moteurs au nombre de trois sont sous le châssis, pour le reste, les éléments ne sont pas légions bien que ces derniers soient essentiels au bon fonctionnement du véhicule.

Beaucoup de volume libre dans le coffre avant, de quoi prendre pas mal de valises !

Ne nous attardons pas sur la voiture elle même, passons au pourquoi et comment de ce challenge. Mark Gemmell a décidé de créer un championnat électrique avec des berlines. Une vingtaine seront de la partie après avoir été préparés au petits oignons, avec quelques chevaux supplémentaires de manières à faire joujou avec les pilotes. Plusieurs circuits et non des moindre devraient recevoir les épreuves. Un championnat qui devrait passer par sept circuits comme le Nürburgring, le Paul Ricard, Estoril, Barcelone, etc. Chaque course du Championnat Electric GT sera l’occasion d’une série de rendez-vous haut de gamme, sur les plus beaux circuits européens, entre pionniers du véhicule électrique et de la mobilité durable. Elle permettra à 20 pilotes internationaux, dans dix équipes, de se mesurer au volant de voitures de course 100% électriques issues de modèles de série et donc spécialement préparées (suspensions, sécurité, etc.), avec comme partenaires prestigieux les marques OMP (baquets, harnais, etc.) et Pirelli, qui fournira des pneus spéciaux à toutes les écuries engagées. Chaque journée de compétition sera composée d’une séance d’essais libres, 20 minutes, d’essais qualificatifs, 60 minutes et, d’une course disputée de jour 60 km, suivie un peu plus tard d’une course démarrée au coucher du soleil de 60 km. Les fans du monde entier pourront assister, en streaming, à toute la journée d’essais et de courses.

L’intérieur de l’ habitacle ressemble à n’importe quelle voiture de compétition, excepté le grand écran de 17 pouces

Si la Tesla était testé sur le circuit de Pau- Arnos par les journalistes, photographes et autres ceci n’est pas le fait du hasard. En effet choisi comme base du championnat Electric GT à partir des semaines qui viennent, ces voitures seront préparées dans des ateliers attenants au circuit d’ Arnos dans un bâtiment qui lui sera dédiée. Mais pas seulement, un projet ambitieux tournant autour de l’énergie électrique, avec une école de pilotage et d’autres cartons dans lesquels nous reviendrons.

La conférence de presse réunissait les élus locaux avec de gauche à droite Mark Gemmell le fondateur de la société d’ Electric GT, Jean-Paul Brin, premier adjoint du maire de Pau, Jacques Cassiau Haurie président de la CCLO, Nicolas Patriarche président de l’Agence Départementale du Numérique(ADN64), Philippe Costemale du circuit Pau-Arnos., ainsi que d’ autres élus présents dans la salle (photo ci-dessous)

Un ventilateur est en action pour refroidir les disques de freins très sollicités

Les poignées de portes s’escamotent

Côté carrosserie, peu de différence entre la version civile et la voiture de compétition exceptés les extensions d’ailes et des ouies de refroidissements

B.L.S.