V de V AU MANS, DANS LE TEMPLE DE L’ENDURANCE

vendredi 22 avril 2016 par IMEC

Après le rendez-vous de Barcelone, l’ ensemble des plateaux se retrouve ce week-end sur le circuit du Bugatti au Mans, qui reçoit les concurrents une fois tous les deux ans. Voici après l’épreuve espagnole les enjeux.

4 heures, GT - Tourisme - LMP3 : Le trio Pagny, Perrier, Bouvet, associé sur la Ferrari 458 GT2 n°1 Visiom, a confirmé son statut de champion lors du coup d’envoi en Espagne. La victoire sera donc l’unique objectif de l’équipage qui devra cependant se méfier de la Ferrari 458 GT3 n°51 du duo AF Corse, Cordoni, Montermini, redoutable depuis la fin de saison dernière. En l’absence de Maxime Jousse, Proust et Thybaud seront accompagnés de Bruno Abric pour continuer à démontrer les qualités de la Renault R.S.01, également engagée par AB Sport Auto pour Carugati, Van de Vyver. Pour leur découverte des meetings V de V en Catalogne, Team Speed Car échoua au pied du podium, mais saura profiter de l’expérience pour viser l’une des trois marches avec Buffin, Deguffroy et Collado. Tout comme la magnifique Viper GT3-R ANTeam de B. et E. Stucky, Yerly. Enfin, l’avantage revient pour l’heure à la Porsche 991 Cup RMS de Mallegol, Bachelier, Blank en GTV2, et à la SF V8 Solution F de Charriol, Silva, Rayneri en GTV3. Dans cette catégorie, elle affrontera notamment la Vortex de GPC Motorsport Racing et la GC10 du team Vortex.

En LMP3, le constructeur français dispose pour l’heure d’un avantage numérique en comptant sur la présence de cinq Ligier JSP3 réparties aux seins des teams Graff (Trouillet, Rosselo), Be Motorsport (Ibran Pardo, Bakker, Castillo), By Speed Factory (Abello, Van Oostrum, Munemann), Inter Europol Compétition (Smiechowski, Hippe) et N’Race (Fontaine, Decultot, Perroy). Deux Ginetta G57 sont pour leur part confirmées- en attendant l’inscription imminente de deux autres autos - alignées par CWS Recycling (Robertson, White) 2e à Barcelone et Simpson Motorsport (Tomlinson, Simpson) précédents polemen. A souligner, par ailleurs, la fidélité de Speedreams qui poursuit son rêve d’endurance en V de V avec sa Pescarolo 02 et son duo Poilpre, Da Cunha. Un autre rêve auquel se prépare Frédéric Sausset qui, en vue des 24 Heures, sera au départ avec son équipier Christophe Tinseau et leur Morgan LM P2 de l’écurie SRT 41.

4 heures, Endurance Proto : Si la stratégie entrera toujours en compte, réduire du tiers, au Mans, la durée de l’épreuve, promet d’assister à un véritable sprint de quatre heures ! Le team TFT de Nogaro a montré être redoutable dans ces deux exercices, ayant décroché la pole position à Barcelone avec la Norma M20 FC n°8 de Capillaire, Lacoste, Robert, avant de s’imposer avec sa n°2 aux mains de l’équipage Vilarino, Ferté, Illiano. La concurrence affûte ses armes pour bousculer la hiérarchie et les prétendants sont nombreux. Citons ainsi, dans l’ordre de l’arrivée en Espagne, la Norma n°40 Equipe Palmyr de Zollinger, Mondolot, Thuner, la Ligier JS53 Evo 2 n°17 IDEC Sport Racing , la voiture sœur n°15 de la famille Da Rocha, Delomier, par ailleurs premiers Prestige, ou encore la Norma n°22 DB Autosport de Dannielou, Petersen, Delafosse. La liste n’est cependant qu’exhaustive, car dans ce plateau où s’affronteront plus de 20 voitures et où apparaissent encore le Graff, CD Sport, Team Excool ou Team One, difficile de se livrer au moindre pronostic !

Endurance V.H.C. : Parmi les magnifiques spécimens au départ, de nombreuses autos ont vécu leur heure de gloire dans la Sarthe, et c’est un plaisir qu’elles aient choisi cette antre mythique, pour retrouver le parfum de la compétition. A l’image de la Ford GT40 d’Alain Bazard, la Porsche 911 3.0 RSR de Bernard Moreau. Parmi les autres prétendants figureront également la Porsche 944 Cup de Franck Thybaud, les protos Lucchini, Chevron, et parmi les GT et Tourisme, de nombreuses Porsche, Venturi, Jaguar, Alfa Roméo, TVR… L’affiche est alléchante.

Funyo : C’est ainsi que sera la grille lorsque s’élanceront les concurrents évoluant au volant de Funyo SP05 et F5. Leader du classement de la grosse catégorie au soir du premier meeting, Jean Quelet (Prom’Auto Sport), lauréat du Challenge en 2014, tentera d’accroître son avance, mais reste sous la menace directe de Romain Houllier (HMC Racing), Eric Tessier (AGR Bleu Mercure), Yves Orhant (YO Concept), Norbert Sauvain (NS Garage CH) ou encore Arlan Boulain (AGR Bleu Mercure). Dans le clan des Funyo 5, le match est d’ores et déjà bien engagé entre Aurélien Robineau (HMC), Patrick Seille (AGR Bleu Mercure, 1er Gentleman), Cédric Gardin (SBD) et Renaud Malinconi (Team V-USA).

Monoplace : Auteur de deux victoires à Barcelone, Alexander James Peroni (TS Corse) s’est hissé d’entrée en tête du peloton de la trentaine de Formule Renault 2.0. L’Australien ne s’est cependant pas montré aussi dominateur que David Droux en 2015, et Oscar Arcila (RC Formula), victorieux lui-aussi en Espagne, aura à cœur de briller à domicile, tout comme Gilles Heriau et Erwin Creed, pensionnaires de Formula Motorsport, et Pietro Peccenini (TS Corse), leader des Gentlemen.

B.L.S. - source VdeV - @ photo H. Laroche