PAS DE PODIUM MAIS LA SENERITE POUR LE CD SPORT

vendredi 25 mars 2016 par IMEC

L’équipe CD Sport de Bergerac, est la tenante du titre du Challenge Endurance Proto V de V, que Jean-Ludovic Foubert, Kévin Bole-Besançon et Thomas Accary lui ont offert pour ses 20 ans. Elle engage pour 2016 trois Norma M20 FC qui se sont fort bien comportées à l’occasion de la manche d’ouverture de la saison, disputée sur 6 heures à Barcelone. La n°30 et la n°32 étaient en mesure de jouer au moins le podium du général et la 31 celui de la catégorie Prestige, réservée aux équipages sans pilote gradé « Elite ». Cet espoir a dû être remis à plus tard, en raison de problèmes techniques aussi insignifiants que pénalisants et de menus incidents de parcours. Mais la sérénité n’a jamais quitté l’équipe périgourdine et ses pilotes, qui ont de bonnes raisons de croire à un retour rapide des jours meilleurs.

Norma N°32 : Les champions 2015 se sont répartis sur deux équipages pour ce nouvel exercice. Kévin Bole-Besançon et Jean-Ludovic Foubert accueillent Nicolas Maulini, qui s’est chargé du départ à Barcelone. « Nous n’étions pas majoritaires en choisissant de partir en pneus slicks alors que la piste était encore mouillée » indique le pilote Suisse. « C’était un peu limite dans les deux premiers tours, mais j’ai vite pu remonter vers la 2e place. Hélas, la vis du support d’alternateur a cassé, la batterie s’est déchargée, perturbant le fonctionnement des palettes de commande de boite. J’ai eu de la chance de pouvoir rentrer. Sinon tout était nickel, pas de boulettes, nous étions tous les trois dans le coup. »

Ses équipiers étaient sur la même longueur d’ondes, Jean-Ludovic Foubert en témoigne : « tout s’est bien passé pour moi, j’ai l’impression que nous sommes tous contents de rouler ensemble ! » Auteur du 2e temps en course dans sa remontée vers la 8e place, Kévin Bole Besançon surfait lui aussi sur la vague de l’optimisme dans l’adversité : « Sans ces 11 minutes envolées, nous nous serions battus pour la gagne ! »

Norma N°31 : Le trio de la n°31 est composé à 100% de Gentlemen Drivers. C’est pourtant, avec un petit coup de pouce de la météo, ce qui a permis à Ludovic Cochet de hisser sa Norma à l’extérieur de la première ligne de la grille de départ ! Pour les équipages Gentlemen, on ne retient en effet que le meilleur chrono de la voiture. Pour ceux qui incluent des titulaires des grades supérieurs Open ou Elite, la moyenne des meilleurs temps de deux pilotes est prise en compte. Or, en ce samedi 19 mars, il était difficile de faire rouler deux pilotes sur le sec avant l’averse… Ludovic Cochet, qui n’avait jamais couru ni en Proto, ni à Barcelone, ne pouvait donc rêver d’une meilleure entrée en matière. Quoique… « Dimanche, j’ai loupé mon départ et perdu une dizaine de places. Je me suis fait taper à l’arrière, ce qui a causé une crevaison. Avant de tester la Norma, je n’avais jamais piloté une auto avec autant d’appui aérodynamique. J’ai tellement aimé que j’ai cherché un budget pour faire toute la saison, ce qui ne m’était plus arrivé en sport auto depuis longtemps ! J’aurais aimé pouvoir rouler davantage aux essais libres pour prendre de meilleurs repères, mais ça devrait mieux se passer près de chez moi au Mans »a promis le pilote Alençonnais.

Fidèle à CD Sport depuis plusieurs années, Rémy Kirchdoerffer a effectué à Barcelone le deuxième relais comme un métronome, solidement installé dans le Top 10. « Nous formions un bon équipage dans un super team et faute de podium, nous terminons en tête des purs Gentlemen. Ça augure bien de la saison. » A l’image de Ludovic Cochet, Nicolas Mélin débutait au volant de la Norma, en marge de son programme en Challenge Monoplace V de V. Il a donc participé à quatre courses durant le week-end ! « Je suis moins grand que mes coéquipiers et mon installation dans la voiture n’a pas été aisée. Faute d’un roulage suffisant aux essais, j’ai vraiment découvert l’auto en course. Mon gros regret est ce tête à queue. Sans les deux tours passés avec deux roues dans les graviers, le podium Prestige nous tendait les bras. En tout cas, j’ai beaucoup aimé l’exercice, avec un team très pro. Je n’avais pas prévu de faire d’autres courses en proto, mais maintenant j’avoue que je suis tenté ! »

Norma #30 : Le troisième champion 2015 Thomas Accary retrouve au sein de l’équipage de la n°30 Sébastien Dhouailly, complice de son premier titre en Proto V de V décroché il y a quatre ans. « Je suis également heureux de retravailler avec Arnaud Léal qui était l’ingénieur de notre voiture en 2012 » soulignait le Haut-Savoyard. Avec cinq participations aux 24 Heures du Mans au compteur, Philippe Haezebrouck effectue son retour dans un peloton V de V proto qu’il a animé pendant de nombreuses années. « J’ai testé une Norma CD Sport cet hiver et le virus m’a de nouveau contaminé » avouait le Rémois. « Le fait que ce soit avec Claude Degrémont et son équipe a compté, pour l’ambiance et le palmarès. Je n’ai pas encore tout à fait repris le rythme du proto et j’ai fait un tête à queue pendant mon relais, mais on a les moyens de bien faire alors je travaille pour progresser. Je m’entraîne en monoplace, je pilote une GP2 en championnat Boss GP et je vais plusieurs fois par semaine à la gym, sans oublier les stages de Xavier Feuillée à Font Romeu. »

Sébastien Dhouailly a commis un de ces départs somptueux dont il a le secret. « J’avais choisi de partir en pneus pluie. Ils m’ont laissé un boulevard sur la voie de gauche, je me suis faufilé pour passer de la 14e à la 2e place dès le premier S. La piste a séché plus vite que prévu et je me suis arrêté assez tôt pour passer en slicks. J’évoluais entre la 4e et la 6e place quand, après 1h30 de course, un problème de boîtier papillon de gaz nous a coûté 9 tours ! Les mécanos n’avaient jamais vu ça. C’est dommage, car par ailleurs, ils ont fait du bon boulot cet hiver sur la fiabilité. Si on ajoute les deux tours du tête à queue de Philippe, je constate qu’on n’a rien lâché en terme de perfo puisqu’on termine à 10 tours de la tête. C’est le positif que je retiens pour la suite. » La 30 a joué son joker d’entrée. « Cette course nous a permis de poser des jalons au niveau des réglages, mais le résultat est frustrant. C’est le sport. Heureusement, le rythme de chacun, les temps au tour et la valeur de l’équipe nous permettent d’espérer de beaux podiums » concluait un Thomas Accary philosophe.

A défaut d’un résultat digne du palmarès de son équipe, le team-manager Claude Degrémont se disait satisfait des promesses affichées en Catalogne. « Nos trois voitures étaient compétitives, sachant que nous avions le diffuseur et le fond plat mais pas les autres éléments du kit 2016, qui n’est pour l’instant disponible que sur les Norma neuves. Nous aurons notre mot à dire cette année encore. » En 2012, CD Sport avait commencé sa campagne en plaçant sa meilleure voiture au 7e rang à l’arrivée à Barcelone… Cela n’avait pas empêché le team d’être couronné à Estoril huit mois plus tard !

B.L.S. – source R. Didier