LE PALOIS ERIC CAYROLLE JETTE L’ EPONGE

mercredi 4 octobre 2017 par IMEC

L’avant dernière manche du Championnat de France GT s’est déroulée ce week-end sur le circuit de Barcelone en Espagne. Sur ce tracé de Formule 1 favorable à l’Aston Martin Street Art de Eric Cayrolle et Arno Santamato, les déceptions se sont enchaînées au point de faire prendre à Eric, une décision sans appel : il arrête son programme sportif 2017.

Déjà victime à Magny-Cours d’erreurs de jugement par la direction de course, cet état de fait s’est reproduit en Espagne, ce qui lui fait avouer : « A quoi sert l’acharnement ? J’arrête ma saison en accord avec l’équipe ! » Rappelons que, à l’issue du meeting dans la Nièvre, Eric avec spontanéité et honnêteté dénoncé lors d’interview les pénalités injustifiées dont il fut victime. « Le premier qui dit la vérité sera exécuté »(/bleu] chante Guy Béart, Eric peut s’appuyer dessus, il en a fait le triste constat en Espagne. A Barcelone, en sortant de la piste au cours des essais libres 1 (son pied glissa sur la pédale de frein), Eric endommagea sérieusement la carrosserie de l’aile arrière gauche de son Aston. Son week-end commençait plutôt mal ! Malgré le retard pris dans la préparation de la voiture, il signa le 5e chrono de sa qualification et Arno, le 3e : « Nous avons réalisé certainement les meilleurs chronos de la saison malgré mon incident, ce qui laissait présager des courses à la hauteur de nos attentes… »

Course 1 : installé sur la troisième ligne de la grille de départ, au cours du tour de lancement, Eric se décala légèrement pour visualiser le feu afin de s’élancer promptement. Pratiquement tous les pilotes effectuèrent la même manœuvre mais les yeux de la direction de course n’ont vu que son action. « J’ai payé pour le collégial en écopant d’un drive-trough, du retrait d’un point sur ma licence. Dans le premier tour, nous étions trois, au coude à coude, j’ai touché légèrement la Porsche de Hamon, nous avons repris un drive-trough, deux points supprimés sur la licence et cinq places de perdues sur la grille de départ de la course 2. J’aimeraique l’on m’explique comment sur une simple faute, on peut écoper de trois blâmes ! Cela me parait invraisemblable et contraire à la base du droit en France ! »

Course 2 : en s’élançant – après la pénalité infligée – de la quatrième ligne et non plus de la deuxième, Arno Santamato a effectué quatre tours avant de stopper l’Aston dans un bac à sable. Impossible à mener sur piste mouillée : « Nous n’avons pas de base pour ce genre de piste et, elle est très lourde ! » reconnaît Eric.

Eric Cayrolle met un terme à sa saison avant la finale qui se disputera les 14 et 15 Octobre sur le circuit Paul Ricard dans le Var. « Quand on ne comprend ce qui se passe, il ne faut pas s’entêter. Les sanctions à répétition et les pénalités sont de l’acharnement depuis deux meetings, alors j’arrête pour 2017 ! » conclut Eric contrarié et même très écœuré.

B.L.S. – communiqué © photo Patrick Hecq