HISTORIC TOUR A CHARADE : ACTE 2, LE BILAN DES BERLINES ET PROTOS

mardi 13 juin 2017 par IMEC

Le plateau de l’ ASAVE Racing 65

Par son tracé naturel et son parfum du temps jadis, le tracé des Monts d’Auvergne reste en parfaite adéquation avec le Championnat de France Historique des Circuits. Conquis, le public en a eu l’illustration au fil des 13 courses de ce dimanche.

Sport prototypes : Course 1 - Parti de la pole, Franck Metzger prend immédiatement le meilleur sur luc Guillaume Gagnard (Lola T212) et « Nelson » (March 81S), bientôt rattrapés puis dépassés par Luc Cheminot (sur la Chevron B8 d’Eric Perou). Loin derrière la Cesca Grac de Franck Metzger, hors de portée de la concurrence sur cette course, celui-ci conserve trois secondes d’avance sur « Nelson » au moment de couper la ligne d’arrivée. Derrière Guillaume Gagnard, Jean-Michel Guermonprez complète le top 5, non sans avoir été inquiété par Pierre Groppi (Tiga SC82) en fin de course.

Course 2 - Bien servi par le Ford BDG 2 litres de sa Cesca Grac, Franck Metzger s’échappe en tête dès les premiers tours devant Eric Perou (Chevron B8) et « Nelson » (March 81S). La course s’achève finalement sous régime de neutralisation, Franck Metzger concluant ainsi son week-end sur un sans-faute. Pour sa première apparition en SportProtosCup, Pierre Groppi hisse sa Tiga de Sports 2000 à la cinquième place.

Maxi 1000 : Course 1 - Tenu en échec par Laurent Majou en « qualifs », Jean-François Besson n’en prend pas moins le meilleur départ et laisse immédiatement la Mini Cooper derrière lui. Plus chanceux que lors de ses précédentes courses, le pilote de l’Alpine A110 parvient ensuite à distancer son rival et boucle son dixième et dernier tour avec plus de quatorze secondes d’avance. Le jeune Enzo Théfain, auteur d’une solide course sur une autre Cooper, rejoint les deux hommes sur le podium. Son père Thierry remporte pour sa part la classe des 1000 cm3.

Course 2 - Après un début de course à l’avantage de Laurent Majou, Jean-François Besson se porte au commandement et se voit aussitôt débarrassé de son plus proche rival, victime d’une surchauffe moteur. Le pilote de l’Alpine file alors vers la victoire avec plus de huit secondes d’avance sur Enzo Thiéfain et guère plus sur un Philippe Gandini remonté du fond de grille. Une belle revanche pour Jean-François Besson, qui s’était vu déposséder de sa victoire du samedi sur le tapis vert pour un dépassement sous drapeau jaune.

GT Classic : Course 1 - Franck Morel confirme sa pole du vendredi dès le premier quart d’heure de course en distançant les Porsche de Laurent Sabatier, Gillian Garret et Patrick Delannoy. Passé l’intermède des arrêts aux stands, l’insatiable pilote de la Viper GTS-R possède déjà une minute d’avance sur ses poursuivants et laisse à Jean-Christophe Dos Santos (l’équipier de Gillian Garret) le soin d’animer la fin de course en prenant la mesure des autres Porsche 964 RS. Pénalisé par un drive through, Joël Postel se contente de la cinquième place à bord de sa propre Viper, tandis que Patrice Faurie (Porsche 964 Cup) et le coupe Jean-Pascal et Pascal Roche (Porsche 928) se partagent les victoires en GTC3 et GTC4.

Course 2 - Selon ses habitudes, Franck Morel prend immédiatement ses distances avec le reste du peloton, laissant Laurent Sabatier, Gillian Garret et Patrice Faurie en bagarre pour la deuxième place à bord de leurs Porsche 964. Parti à la faute au virage Rosier, ce dernier abandonne le combat en vue de la mi-course. Les dix dernières minutes permettent à la Viper de tête de porter son avance sur Jean-Christophe Dos Santos, l’équipier de Gillian Garret, à près d’une minute. Laurent Sabatier complète le podium, tandis que Joël Postel, trahi par la mécanique de sa Viper GTS-R, laisse la quatrième place à Marcel Masini, par ailleurs primé en GTC3 à bord de sa BMW Z3. Bon sixième avec sa Porsche 944 turbo, le Suisse Jean-Claude Chollet remporte le GTC4.

Lotus : Course 1 - Après avoir survolé les « qualifs » le matin, Xavier Jacquet laisse brièvement l’avantage à Pascal Metayer au départ de cette première course. Rapidement revenu en tête, le Haut Savoyard s’échappe ensuite en compagnie de ce dernier et de Philippe Gaso. Comme on pouvait s’y attendre, l’issue de leur lutte demeure incertaine jusqu’au dernier tour, qui voit Xavier Jacquet conserver un mince avantage sur ses deux poursuivants. Bon quatrième, Dominique Vulliez glisse sa Caterham devant toutes les autres Lotus Seven, à commencer par celles d’Anthony Delhaye et de Florent Cazalot

Course 2 - Après un premier départ interrompu par un accrochage, la course est réellement lancée dans un second temps et se présente très vite comme un remake de la veille. Pascal Metayer et Xavier Jacquet se lancent dans un nouveau bras de fer auquel Philippe Gaso va tenter de se mêler, sans succès. Rivalisant d’audace, les duettistes de tête repoussent à nouveau l’issue des débats au dernier tour. En repoussant les attaques de son adversaire jusqu’au bout, Pascal Metayer prend sa revanche sur Xavier Jacquet. Philippe Gaso suit à sept secondes, tandis qu’Anthony Delhaye et Dominique Vulliez emmènent le reste du peloton. Le dernier cité remporte la catégorie des Caterham devant Jean-Yves Cane et le local Denis Barraux.

Saloon Car : Course 1 - Dès l’entame de la course du matin, la hiérarchie des essais est à nouveau de mise avec un Fabrice Lefebvre leader au volant de son Audi Quattro devant Patrick Delannoy (Porsche 964) et Patrick Fuet (BMW M3). Passé la mi-course, la lutte s’intensifie entre les deux premiers, avant qu’une neutralisation n’interrompe prématurément leurs ardeurs. Vincent Drouilleau (Alfa GTV6) et Laurent Majou (Cooper S) complètent le top 5.

Course 2 - Décidé à doubler la mise dans la course de l’après-midi, Fabrice Lefebvre s’élance de nouveau en tête, mais se fait rapidement dépossédé de son bien par Patrick Delannoy.
L’ordre ne changera plus au cours des vingt minutes suivantes, la Porsche prenant finalement le pas sur l’Audi pour 4,6’’. A plus de vingt secondes, Vincent Drouilleau prend sa revanche sur Patrick Fuet pour le gain de la troisième place.

GT/Tourisme ASAVE : Course 1 - Sans la moindre surprise, Ghislain Gaubert porte immédiatement sa Porsche 911 au commandement dans la course du matin (derrière les cinq premières voitures du Saloon Car) et creuse un écart irrémédiable sur Jean François Besson (Alpine A110) et son père Gérard (Alpine A310). Les positions restent figées jusqu’à l’arrivée, jugée sous drapeaux jaunes.

Course 2 - Dans la course 2 de l’après-midi, Gislain Gaubert s’offre un nouveau cavalier seul et rejoint l’arrivée de la course derrière les quatre premières autos du Saloon Car. Deuxième de bout en bout, Gérard Besson est rejoint sur le podium par Anthony Meynard, à défaut de l’être par son fils Jean-François, contraint à l’abandon.

ASAVE Racing 65 : Course 1 - Fort de sa pole position, Didier Gruau prend immédiatement la course du matin en mains. Dans le sillage de sa très efficace TVR Griffith, Jean-Pierre Lajournade tente de s’accrocher, mais l’écart croît au fil des tours pour atteindre plus de huit secondes sur la ligne d’arrivée. A 25’’, José Beltramelli complète le tiercé de tête comme en « qualifs » avec une bonne marge d’avance sur la Lotus Elan de Thibaut Lagarrique, auteur d’une magistrale remontée de la dernière à la quatrième place. Alain Pages (Ford Cortina Lotus) place la première Tourisme à la porte du top 10.

Course 2 - Didier Gruau remet ça dès l’entame de la course 2, que José Beltramelli quitte dès le deuxième tour. Le pilote de la TVR tient ensuite la Jaguar type E de Jean-Pierre Lajournade en respect comme le matin et s’enfuit vers un nouveau succès. Thibaut Lagarrigue confirme sa « perf » initiale en les rejoignant sur le podium.

Yougtimers GTI Cup & Roadster Pro Cup Course 1 - Le plateau commun à la Youngtimers GTI Cup et la Roadsport Pro Cup continue sa montée en puissance à Charade. Après avoir monopolisé la première ligne de la grille de départ, les R5 GT Turbo de Frédéric Hebette et Jean-Christophe Bastia prennent immédiatement cette course 1 à leur compte et en rejoignent l’arrivée dans cet ordre, séparées par à peine plus de quatre secondes. Comme aux essais, « Lautri » (Honda Civic) complète le tiercé gagnant. Leader de bout en bout en Roadsport Pro Cup, Tony Deschamps signe la meilleure performance des Mazda MX5 devant Philippe Gosset (l’organisateur de la formule) et Massimo Manganaro.

Course 2 - Au modèle de la course de la veille, les R5 GT de Jean-Christophe Bastia et de Frédéric Hebette prennent immédiatement le pouvoir, mais la seconde disparaît des radars dès le deuxième tour. Le pilote corse s’échappe alors en tête, sans laisser le moindre espoir à « Lautri » (Honda Civic) de rester à son contact. Alors qu’il était assuré de la deuxième place, ce dernier abandonne à deux tours de l’arrivée, laissant Alain Mandelli (Golf GTI) et le Suisse Thierry Mattez (205 GTI) compléter le tiercé gagnant de la Youngtimers GTI Cup. Ces derniers s’inclinent toutefois au scratch derrière les Mazda MX5 de Tony Deschamps et Philippe Gosset, les pilotes les plus en pointe de la Roadster Pro Cup.

Légends cars Cup : Course 1 et 2 - A domicile (il réside à 300 m du circuit !), Frédéric Morel remporte les deux courses sprint du jour, dont le jeune Mathieu Detry a été un constant animateur. Reste pour le champion local à connaître une semblable issue lors de l’endurance de dimanche.

Course Endurance - Déjà vainqueur des deux courses sprint du samedi, le local Frédéric Morel est resté sur le même rythme durant les 40 mn de l’endurance dominicale. Impérial sur ses terres, l’Auvergnat s’impose avec autorité devant Antoine Morisset et Sosthène Rousseau, longtemps restés à la lutte.

Le prochain rendez-vous aura lieu à Nogaro les 9 et 10 septembre.

B.L.S. – communiqué @ photo Gérard Auriol