HISTORIC TOUR : 280 PILOTES OU PRESQUE TOUT RESTE A JOUER

vendredi 9 septembre 2016 par IMEC

Au soir de ce 56e Grand Prix de Nogaro, rien n’est encore joué avant les prochains rendez-vous du Championnat de France Historique, au Mans et à Lédenon. Au terme de cet épisode torride avec plus de 280 pilotes, seul le Revélois Franck Morel avec quatre victoires, deux en GT Classic et autant en Asavé GT-Tourisme prend ses distances en confortant sa position de leader. Pour le championnat Monoplacs/Protos Lionel Robert et Hugo Carini ont poursuivi leur razzia de succès en FR Classic et F3 Classic par contre les choses sont plus compliqués pour François Belle tenu en échec lors de la seconde manche de F.F. Historic.

Trophée F3 Classic : impérial comme à son habitude, Hugo Carini s’élance de la pole puis creuse l’écart sur Rémy Fraisse durant la première moitié de course. Le jeune leader du trophée s’offre ensuite le luxe de gérer son avance, avant d’aller cueillir une énième victoire devant le champion local et un excellent Jean-Charles Monnet. Auteur d’une très belle remontée depuis le fond de grille, Michel Ghio s’empare de la 4e place en fin de course au détriment de l’organisateur de l’Historic Tour, Laurent Vallery Masson. Sans surprise, Hugo Carini prend le large dès les premiers tours, laissant Rémi Fraisse aux prises avec Michel Ghio. A mi-course, les deux hommes s’auto-éliminent alors qu’ils sont en pleine bataille. La voie du podium s’ouvre alors pour Jean-Charles Monnet et Laurent Vallery Masson, qui rejoignent l’arrivée séparés de 5,3’’. Profitant des évènements, Stéphane Incandela hisse sa Ralt RT3 au quatrième rang.

Trophée F.R. Classic :Lionel Robert signe une nouvelle course empreinte de maitrise. Parti de la pole, le Manceau creuse progressivement l’écart sur Matthieu Châteaux pour le repousser finalement à cinq secondes sur la ligne d’arrivée. Ce dernier termine avec Antoine Robert - le fils du vainqueur – dans son aileron arrière. Derrière les trois hommes forts de la catégorie, Joachim Bernard s’octroie une encourageante 4e place, alors que Tony Boudreault hisse la première Formule Renault « atmo » au 6e rang. Implacable leader, Lionel Robert atteint le cap de la mi-course avec près de trois secondes d’avance sur Matthieu Châteaux et guère plus sur son fils Antoine. A la suite d’un contact entre ces deux derniers, Matthieu Châteaux doit rendre les armes et, du même coup, permet à Jean-Christian Darlot de rejoindre le podium. Bien remonté après son élimination de la veille, Charles Gerbout échoue à 2/10 de son aileron, tandis que Tony Boudreault réédite son succès de la course 1 parmi les utilisateurs de Formule Renault à moteur « atmo ».

Trophée F.F. Kent : Un Suisse peut en cacher un autre… Auteur de la pole au volant de sa Formule Ford à moteur Zetec, Alain Girardet prend logiquement la course à son compte, suivi de près par Gislain Genecand et Nicolas Beloou à bord de plus anciennes versions Kent. Les trois hommes restent groupés jusqu’à l’amorce du dernier tour, où Genecand surprend son compatriote pour aller arracher la victoire sur le fil. Les deux pilotes helvètes évoluant hors championnat de France, Beloou engrange les points de la victoire à ce niveau, tandis que Claude Thetiot, bon 5e, enlève la catégorie « Pré 90 ». Sur le modèle de la course du samedi, Alain Girardet prend immédiatement le pouvoir et entame un long « mano à mano » avec Gislain Genecand. Contrairement à la veille, le pilote de la Mygale à moteur Zetec repousse les ultimes attaques de son rival dans le dernier tour. A deux secondes pleines, Nicolas Beloou se contente une nouvelle fois de la 3e place sans avoir vraiment été en position de briguer la victoire. Claude Thetiot et John Doe (Nike MK10B) se partagent les lauriers en catégories « Pré 90 » et « GHI ».

SportProtoCup : En attendant les courses, toutes deux programmées sur la seule journée du dimanche, la séance d’essais qualificatifs offre la pole à Frédéric Da Rocha, présent aux commandes d’une redoutable Lola T298 BMW. A bord d’un proto similaire, Paul Châteaux, de retour au volant, signe le 3e temps juste derrière l’ancienne Epsilon de Coupe Alfa du Toulousain Francis Dougnac, lequel en partagera les commandes avec son jeune fils Alexandre. Laurent Fort (Crosslé 9S) hisse au 6e rang le premier proto de la catégorie « P », alors que Dominique Pascal (ARC MF6) signe le chrono de référence parmi les anciennes Coupe de l’Avenir. Déjà le plus véloce en « qualifs » au volant de sa Lola T298, le Franco-Portugais se porte immédiatement en tête devant la voiture sœur de Paul Châteaux, bientôt dépassé par Franck Metzger (Cesca Grac). Après quelques tours de neutralisation, le leader gère sa fin de course, tandis que Laurent Fort (Crosslé 9S), remonté 3e sur la piste, perd deux places et le gain de la victoire en catégorie Protos du fait d’une pénalité (Drive through non effectué).
Rebelote dans la course de l’après-midi, où Frédéric Da Rocha prolonge son invulnérabilité en tenant à nouveau en respect Franck Metzger et Paul Châteaux. « John Doe » termine un peu plus loin devant Jean Laffargue, contraint à l’abandon le matin, et Jean-Michel Guermonprez, à nouveau vainqueur en « Protos » à l’instar de Jean Moindrot en catégorie A (tous deux à bord d’une Grac MT14). Grand malchanceux du jour, Francis Dougnac (Epsilon Alfa) n’aura vu aucune des deux arrivées…

Challenge F.F. Historic : Auteur de la pole, Gislain Genecand se fait surprendre par Xavier Michel au premier tour. Dès lors, une bataille acharnée s’engage entre eux, tandis que François Belle et Alain Girardet restent au contact. Encore en mesure de l’emporter à l’amorce de l’ultime boucle, Xavier Michel est ralenti par un problème d’allumage. François Belle et Alain Girardet en profitent pour le passer et franchir la ligne d’arrivée dans le sillage de Gislain Genecand.
En course 2, François Belle se montre le plus prompt à s’emparer du commandement, puis Gislain Genecand lui succède en tête et, passé la mi-course, creuse l’écart sur ses poursuivants. A trois tours de l’arrivée, François Belle lâche prise face à Xavier Michel, tandis qu’Alain Girardet et Pierre-Alain Lombardi, les deux premiers de la classe A, sont déjà distancés. A la faveur de sa double participation sur les plateaux de Formule Ford Kent et Historic, le Suisse Gislain Genecand repart de Nogaro avec trois victoires en poche.

Trophée GT Classic : Course d’ouverture du meeting, la première confrontation du GT Classic permet à Franck Morel d’inaugurer le palmarès de l’Historic Tour de Nogaro 2016 à l’issue d’une domination sans partage. A distance de l’intouchable pilote de la Viper, le réputé Britannique Martin O’Connell hisse la Porsche 993 GT2 de Jean-Marie Belleteste à la 2e place, alors qu’Eric Gillet (Gillet Vertigo) s’invite sur la 3e marche du podium au prix d’une belle remontée. Une 3e place longtemps occupée par Denis Allemang, avant que sa Marcos Mantis ne soit stoppée par une… panne d’essence. Patient, Franck Morel laisse l’avantage à la Porsche 993 GT2 de Martin O’Connell pendant les six premier tours avant de s’emparer du commandement de la course. Dès lors, le pilote de la Viper creuse l’écart sur le Britannique et rejoint une nouvelle fois l’arrivée en vainqueur. Sur le modèle de la course 1 du samedi, Eric Gillet (Gillet Vertigo) complète le tiercé gagnant devant les Porsche de Sébastien Mathieu, Laurent Sabatier et Patrice Faurie, ce dernier remportant la victoire en catégorie GTC3. Luc Bourcier (Porsche 928) effectue la même opération en GTC4.

HTCC Groupe 1 : Déjà leader en « qualifs » aux commandes de sa Ford Escort RS2000, Pierre-François Clot affirme sa suprématie dès l’entame de la course, puis finit par se ménager une petite marge de sécurité sur Philippe Truffier, le seul capable de suivre son rythme effréné à bord de sa BMW 530 iUS. A une dizaine de secondes, Jean-Paul Guerdoux termine en force pour ravir la 3e place à Tony Deschamps. Un peu plus loin, Jean-Louis D’Esparbes décroche le gros lot parmi les protagonistes de la Coupe 505 Antho, tandis que la victoire de la catégorie Pro-Série revient à Florian Cabarrou (BMW 323i), digne fils de son père Franck.
C’est l’heure de la revanche pour Philippe Truffier ! Dans un grand jour, le pilote de la BMW 530 iUS prend immédiatement l’avantage sur Pierre-François Clot, vainqueur la veille, et parvient à se ménager une petite avance qui le mettra à l’abri de toute mauvaise surprise. De son côté, le pilote de la Ford Escort RS2000 conserve sa 2èmeplace en tenant à distance l’autre 530 iUS de Tony Deschamps. Au pied du podium, le local Jean-Louis D’Esparbes décroche la victoire en Coupe 505 Antho, tandis que la catégorie Pro-Série couronne une nouvelle fois Florian Cabarrou (BMW 323i).

Asavé Racing 65 : Intouchable au volant de sa précieuse Shelby Cobra, Yvan Mahé s’échappe en tête dès le départ, tandis que son compagnon de première ligne, José Beltramelli (Corvette C1) part à la faute. Jean-Pierre Vacher (Lotus Elan) en profite pour s’installer durablement à la 2e place, à distance de la Shelby Cobra de tête. Reparti, Beltramelli récupère la troisième marche du podium. Après le succès d’Yvan Mahé le samedi, c’est au tour de son fils Guillaume de piloter la Shelby Cobra familiale. Et une fois encore, personne ne parviendra à suivre la cadence infernale de cette dernière. A bonne distance de l’Américaine, José Beltramelli (Chevrolet Corvette C1) et Jean-Pierre Vacher (Lotus Elan) entament un joli duel qui s’achève au bénéfice du pilote de Troyes au terme des 14 tours de course. 9e, Sébastien Berchon amène à l’arrivée la plus ancienne auto du plateau : une Austin Healey 100-4.

Trophée Lotus : Faisant honneur à son statut de leader du Trophée, Xavier Jacquet profite de sa position de « poleman » pour s’emparer immédiatement du commandement. Implacable, il prend ensuite ses distances sur ses rivaux directs, les laissant s’expliquer pour le gain de la 2e place. Une position que Jean-Jacques Billeres et Romain Tournet occupent à tours de rôles, avant qu’Anthony Delhaye ne s’en empare à trois tours du damier. Dans un ultime forcing, Tournet récupère malgré tout son bien sur la ligne pour 1/10 de seconde ! Parti en première ligne, Claude Rucheton doit se contenter de la 6e place, tandis que Dominique Vulliez hisse la première Caterham à la 12e place. Leader dès le premier passage, Xavier Jacquet distance peu à peu Romain Tournet avant qu’un Safety Car ne provoque un regroupement à mi-course. Décidemment intraitable, le Savoyard reprend la tête dès le « restart » et va rafler sa seconde victoire du week-end. Romain Tournet conserve le bénéfice de la 2e place face à Anthony Delhaye, alors que Pascal Métayer, parti bon dernier du fait de son rapide abandon de la veille, achève sa remontée à une brillante 4e place. Dominique Vulliez sort à nouveau vainqueur parmi les utilisateurs de Catheram.

Trophée Saloon Car : Christophe Terriou éliminé par des soucis moteur avant même d’aborder les « qualifs », Alain Derognat se retrouve bien seul à l’heure de la course 1. Au-dessus du lot avec sa puissante BMW, l’homme domine les débats de bout en bout en laissant l’Audi Quattro de Fabrice Lefebvre à une demi-minute. Comme en « qualifs », Patrick Fuet complète le tiercé gagnant, tandis que l’on pointe l’exceptionnelle Porsche Carrera 6 de Sylvain Regnier à la 4e place. Alain Derognat prend immédiatement la course à son compte et entame un nouveau festival devant Fabrice Lefebvre et Patrick Fuet. Après 3 tours, le pilote de l’Audi Quattro est malheureusement éliminé par un début d’incendie. Esseulé à la 2e place, Patrick Fuet rallie le terme de la course loin devant la Caterham de Thierry Lortal, tandis que Philippe Drouilleau et Richard Juste complètent le top 5.


Chalenge Asavé GT/Tourisme : : Crédité du meilleur chrono aux essais, Jean-Claude Allemang se porte logiquement en tête dès le départ à bord de sa superbe De Tomaso Pantera. Décidé à ne pas le lâcher, Franck Morel (Porsche 930) lui emboite le pas et finit par trouver l’ouverture à deux tours de l’arrivée, signant ainsi sa seconde victoire du jour après son succès en GT Classic. Malgré le bris d’un étrier de freins, Allemang sauve sa 2e place devant Gislain Gaubert, présent sur le podium pour avoir pris ses distances sur l’autre « Porschiste » Didier Cruvelier. Débarrassé de la De Tomaso de Jean-Claude Allemang, non partante aujourd’hui, Franck Morel (Porsche 930) s’offre un nouveau cavalier seul devant son ami Ghislain Gaubert (Porsche 911 2,8l). De quoi lui assurer sa quatrième victoire du week-end ! 3e en début de course, Didier Cruvelier doit rejoindre son stand après la mi-course, permettant ainsi à Patrick Andréoli, bien remonté, de prendre le chemin du podium.

Trophée maxi 1000 :Bref leader en début de course, Jean-François Besson (Alpine A110) abandonne rapidement l’avantage au « poleman » Laurent Majou (Cooper S), qui s’échappe en tête, alors que Lionel Couche (Austin 1275 GT) voit sa course écourtée par des problèmes moteur. Longtemps en bagarre avec Michel Frenoy (Austin 1275 GT), Jean-François Besson finit par rejoindre Laurent Majou dans le dernier tour pour finir à 1/10 de la Mini.
Dans la course de l’après-midi, programmée en clôture de meeting, Laurent Majou se lance immédiatement en quête d’une nouvelle victoire, mais au bout de quelques tours une température d’huile trop haute l’oblige à lever de pied. Jean-François Besson en profite pour se porter en tête et remettre les couleurs Alpine à l’honneur une dizaine de secondes devant Lionel Couche, de retour en scène. Enfin, la classe 1000 cm3 récompense le tout jeune Enzo Thiéfain (Cooper).


Legends Cars Cup :Toujours aussi disputées, les courses « sprint » de Legends Cars ont livré deux vainqueurs différents : Mané Vignejevic dans la première et le Belge David De Saeger dans la seconde, 7/10 de seconde devant un certain… Vignejevic. Pour la belle, rendez-vous dimanche matin au départ de l’endurance de 40 mn. Comme sur chaque Historic Tour, les pilotes de la Legends Cars Cup se retrouvent le dimanche pour une endurance de 40 mn à disputer seul ou à deux pilotes. Mané Vignjevic en prend immédiatement le commandement puis, une fois les arrêts aux stands effectués, il s’emploie à résister à la pression de Théo Bourgogne et David Perier. Au terme de leur lutte, les trois hommes franchissent l’arrivée groupés en 2/10 de seconde !

Tous les classements ici : http://www.actumecanique.com/spip.php?article5890

B.L.S. source J. Furet @ photos B.L.S.