AU PAUL RICARD, AKKA-ASP REMPORTE LE TROPHEE TEAM

samedi 24 octobre 2015 par IMEC

Vainqueur de la dernière course à Navarra, AKKA-ASP a récidivé lors de la première manche de la finale. Un succès qui permet à l’équipe de Jérôme Policand d’être sacrée dans le Trophée Teams... et à ses pilotes de conserver leurs chances d’être couronnés ! Accompagnés de Rino Mastronardi sur la Ferrari N°20, Morgan Moullin-Traffort et Jean-Luc Beaubelique se relancent totalement au classement général.

Un zeste de folie a soufflé sur le Circuit Paul Ricard, avec de nombreux rebondissements... qui ont d’ailleurs touché les principaux animateurs du championnat.

Malgré une pénalité suite à un accrochage, Christophe Hamon, Christian Bottemanne et Lonni Martins terminent à la deuxième place au volant de l’Audi N°3 du Sébastien Loeb Racing. Sport Garage complète le podium avec la Ferrari N°9 confiée à Maxime Pialat, Nicolas Tardif et Soheil Ayari. Pour sa première apparition sur le GT Tour, la Renault R.S. 01 s’impose dans l’Open Challenge grâce au trio du Duqueine Engineering, Eric Clément, Ange Barde et Bruce Lorgeré-Roux. Victorieux dans le Gentlemen Challenge avec Gilles Blasco et Porsche Lorient Racing, Eric Mouez et David Loger sont titrés

Course 1 : IMSA Performance-Matmut pensait avoir fait un pas vers le titre lors de la première qualification, à l’issue de laquelle la Porsche N°1 signait la pole position. Mais à la fin de la seconde séance, la voiture des leaders était accidentée, la contraignant à prendre le départ de l’ épreuve depuis la voie des stands ! C’est donc seule sur la première ligne que la Porsche/StratégiC s’élance à l’extinction des feux. Nicolas Misslin conserve les commandes devant la Ferrari/AKKA-ASP N°20 de Rino Mastronardi et la Ferrari/Sport Garage N°6 de Stéphane Lémeret. Les deux Audi du Sébastien Loeb Racing, pilotées par David Hallyday et Christophe Hamon, suivent de près. La lutte est âpre et les écarts en témoignent avec un quinté regroupé en moins de deux secondes après cinq tours. La Porsche/IMSA Performance-Matmut d’Olivier Pernaut est remontée 16e.

Si Nicolas Misslin résiste férocement à ses poursuivants durant de longues minutes, il doit s’incliner à la fin du premier quart d’heure devant les attaques successives de Mastronardi et Lémeret. Un autre coup de théâtre intervient peu de temps après, Hamon accrochant Hallyday à l’entrée du double droite du Beausset. Hallyday est contraint à l’abandon alors qu’ Hamon écope d’un drive through. Cela permet à Gilles Vannelet d’intégrer le quarté après une belle remontée, Maxime Pialat étant parti en tête-à-queue dans la boucle précédente. Les premiers arrêts au stand obligatoires interviennent alors que Misslin, toujours troisième, reçoit une pénalité pour non respect de la ligne de course.

Au retour en piste, la Ferrari/Sport Garage N°6 d’Eric Cayrolle pointe en tête devant la voiture sœur de Paul Lamic. Ce dernier voit Jean-Luc Beaubelique trouver l’ouverture au volant de la Ferrari/AKKA-ASP N°20 pour le gain du deuxième rang. Le leader en profite pour creuser l’écart, qu’il porte à plus de dix secondes à la mi-course. Mais le safety car fait son apparition pour quelques minutes, un « marqueur » ayant été percuté. Lorsque le drapeau vert est à nouveau déployé, Cayrolle est toujours en tête. L’ordre de ses poursuivants évolue en revanche, puisque Sacha Bottemanne dépasse coup sur coup Paul Lamic et Jean-Luc Beaubelique. Nicolas Tardif pointe quatrième, devant Christian Bottemanne et Eric Debard. Raymond Narac est alors revenu huitième.

Le troisième et dernier relais débute par un nouveau coup de théâtre. Leader, la Ferrari/Sport Garage n°6 est victime d’un bris de triangle de suspension. Le malheureux Arno Santamato doit rentrer au stand et abandonner, perdant tous ses espoirs de titre. Morgan Moullin-Traffort hérite des commandes alors que son dauphin Enzo Guibbert observe un drive-through pour non respect du temps imparti dans les stands. Son équipier Soheil Ayari s’empare ainsi de la deuxième place, devant Lonni Martins.

Si Morgan Moullin-Traffort tient fermement sa première position, il est désormais suivi de Lonni Martins, qui se maintient à tout juste deux secondes. C’est dans cet ordre que les deux hommes coupent la ligne d’arrivée, Soheil Ayari complétant le trio de tête.

Après 90 minutes d’une course qui n’aura pas manqué de folie, la Ferrari/AKKA-ASP N°20 l’emporte et croit plus que jamais au titre. Il s’agit de la deuxième victoire consécutive du trio Mastronardi, Beaubelique, Moullin-Traffort, qui devance l’Audi N°3 de l’équipage Martins, Hamon, Bottemanne, auteur de son meilleur résultat de la saison. La Ferrari/Sport Garage N°9 retrouve le chemin du podium avec Pialat/Tardif/Ayari, tandis que Barthez/Debard/Panis échoue au pied de ce podium après une course solide avec la Ferrari/AKKA-ASP N°16. Team Duqueine complète le top 5 avec Beltoise, Duqueine, Colançon. Après être parti de la voie des stands, IMSA Performance-Matmut termine onzième et glane un petit point au classement général. Olivier Pernaut, Raymond Narac et Sébastien Dumez sont toujours leaders, mais l’écart s’est sérieusement réduit.

Après une belle prestation, la Renault R.S. 01 de Duqueine Engineering se classe dans le top 10 général, remportant l’Open Challenge avec le trio Barde/Clément/Lorgeré-Roux. La seconde R.S. 01, alignée par Boutsen Ginion Racing, a dû abandonner.

Paroles de vainqueurs Jean-Luc Beaubelique : « Autant à Navarra, tout s’était bien passé, nous avions rapidement fait le trou, autant aujourd’hui il a fallu que l’on se batte dès le début. Personnellement, je pense que j’ai réalisé une de mes meilleures courses depuis longtemps. Rino me passe la voiture en 3e position, je remonte à la 2e place et puis intervient le safety-car qui nous permet de recoller. Tout s’est bien déroulé, tant mieux ! »

Morgan Moullin-Traffort : « Aujourd’hui, je tiens vraiment à dire que le job a été fait par mes coéquipiers, Rino et Jean-Luc. C’est un petit miracle de repartir 3e après le premier relais en ayant nos 20 secondes de pénalité. Après Navarra, j’avais dit que tant que mathématiquement c’était possible, il fallait y croire. Voilà, maintenant, nous allons y aller à fond, tout en essayant de rouler propre, car les erreurs ne pardonnent pas. Tout va se jouer demain. On y croit, même si nous ne partirons pas dans une position très favorable sur la grille (9e), car j’ai fait une grosse bêtise en qualifs. Nous ferons le job »

Jérôme Policand, team manager d’AKKA-ASP : « Les pilotes ont été irréprochables. Nous avions ces 20 secondes d’handicap-temps à gérer. C’est assez improbable de gagner dans ces conditions. Demain ce sera plus compliqué, nous n’avons pas une super place sur la grille, mais c’est toujours bien de pouvoir jouer le titre sur la dernière course. Mathématiquement, nous devenons champion « Teams », c’est notre troisième titre consécutif, donc il y a déjà lieu d’être satisfait ».

La deuxième course de la finale du Championnat de France FFSA GT se déroulera ce dimanche, le départ sera donné à 13h30. La bataille pour le titre sera plus intense que jamais avec un écart minime entre les pilotes IMSA Performance-Matmut - Olivier Pernaud, Raymond Narac, Sébastien Dumez - et ceux d’AKKA-ASP - Morgan Moullin-Traffort, Jean-Luc Beaubelique.

B.L.S. – source GT Tour @ photo DPPI