PORTRAIT DU JOUR : FRANCK MOREL, BILAN D’UNE SAISON EN CARRERA CUP

jeudi 17 décembre 2009 par IMEC

Après avoir fait ses premières gammes dans les journées clubs ou concentrations Porsche, le Revelois Franck Morel franchit le pas en 2003, en s’engageant en Coupe de France des Circuits, et rapidement les bons résultats ne se font pas attendre. Il quitte cette série au début 2008 avec cinq titres en poches et deux victoires à Nogaro et Albi, ensuite direction le GT3 FFSA. A la fin de la saison associé à Fabien Rosier il affiche sur Dodge Viper six podiums qui se composent de deux victoires, autant de secondes et troisièmes places, trois pole positions et de nombreux records du tour. Cette première expérience en GT 3 se termine par une cinquième place, avec des moyens sans aucune mesure à ceux que possèdent des équipes beaucoup plus huppées. Cette année changement de décor, direction la très relevée Porsche Carrera Cup Matmut.

Franck qui es-tu ?

Je suis né à Revel au mois d’août 1971. Je suis toujours célibataire (N.D.L.R. Franck recherche âme sœur). J’exerce la profession de directeur commercial de la société familiale ‘’le Revelois’’ spécialisée dans les plats cuisinés du terroir toulousain.

En deux mots comment es-tu venu au sport automobile ?

Il doit s’agir d’un héritage légué par mon père André, qui dans les années 70 participait au championnat de France de la Montagne. A cette époque il avait comme ami Michel Bessac. Plusieurs années plus tard, il se sont retrouvés. Michel engagé dans la Coupe de France des Circuits, ex Trophée Fédéral nous a parlé en termes élogieux de ce championnat qui est une très bonne école pour tout amateur voulant se lancer dans le sport auto. A moindre coût, il permet de se faire une opinion sur tes capacités à piloter et gérer une course. Pendant plusieurs années j’ai participé régulièrement à la Coupe avec les résultats que tu connais, ensuite nous avons pris la décision de nous orienter vers le GT 3 FFSA


Après la Coupe de France des Circuits, le GT3 FFSA, cette année Franck a disputé la Carrera Cup.

Cette année c’est la Carrera Cup, pourquoi cette discipline ?

Le choix n’a pas été facile à faire, continuer en GT3 ou la Cup. Nous avions vendu la Viper, repartir avec quoi avec qui ? Des propositions dans cette catégorie, mais rien de bien sérieux. Finalement la meilleure opportunité était la Carrera Cup. Je savais que cela ne serait pas facile. Il ne faut oublier que nous avions tout à découvrir, même si des gens comme Morgan Moullin-Traffort et d’autres pouvaient nous donner d’excellents conseils, cela ne fait pas tout. Ensuite notre structure est toujours réduite au strict minimum, moi au volant, Lulu à la clé de huit et mes parents pour l’intendance. nous sommes les lilliputiens comparés à des teams comme ceux de Jérôme Policand, Larbre Compétition, Alméras, le Graff Racing et consort. Pour toute notre équipe nous repartions de A et Z est loin de la première lettre de l’alphabet.


Lulu est toujours fidèle au poste.

La Porsche laisse-t-elle beaucoup de latitude en matière de réglages ?

A vrai dire peu, et ceci sont très pointus. Les seuls éléments qui peuvent être corrigés sont les parallélismes avant et arrière, le carrossage, la hauteur de caisse l’aileron arrière et la pression des pneus. Cette dernière est toujours très importante, mais l’on doit être également bien dans toutes les autres qui ont une grosse influence sur le comportement de l’auto. Tout cela est très pointu. .

Quels sont les points positifs de la saison 2009 ?

Si au premier abord les résultats demeurent moyens, j’ai énormément appris au sein de la Porsche Matmut Carrera Cup qui contrairement au GT et une vrai course sprint avec des pilotes très aguerris. Désormais, je connais mieux mes défauts et surtout le travail à accomplir et, les erreurs à ne pas commettre pour continuer à progresser. C’est en quelque sorte une saison d’apprentissage.

Quels sont les moins de cette expérience ?

Je dirai le manque d’intérêt que semble porter Porsche France à ce championnat au niveau très relevé. A titre d’exemple pour pouvoir prétendre participer au championnat et donc être classé il faut disputer six meeting sur les sept qu’il comporte. N’en ayant fait que cinq je suis disons transparent dans le classement final. Ceci ne me semble pas être très logique, et quelque part cela peut faire fuir des pilotes qui ne souhaitent pas participer à toutes les courses.


André le premier supporteur de Franck à la caméra pour immortaliser les courses de son fils.

Parles nous de 2010 !

Je participerai à quelques épreuves de la Coupe de France avec ma Porsche, car j’y suis très attaché et, vraisemblablement à la Porsche Carrera Cup championnat "B". J’ai également été contacté pour refaire du GT, mais rien n’est encore définitivement tranché.

As-tu d’autres passions que le sport auto ?

Tout les sports en général et plus précisément le tennis, le VTT, le ski et la course à pied. J’aime passer du temps avec mes amis, sortir, les restaurants, le soleil, la mer,le bateau.....la vie en résumé !

As-tu des idoles ?

Non car c’est réducteur. En revanche dans le travail j’ai mon père André comme modèle et, pour le reste je suis entouré d’amis suffisamment drôles, sérieux, farfelus, rêveurs, inquiets, cool, sportifs mais brigueurs aussi. J’arrive maintenant à savoir ce qu’il me faut et petit à petit qui je suis.

B.L.S.


Franck attaquera la saison 2010 par la Coupe de France des Circuits lors de la première manche à Nogaro..