UN GOÛT D’INACHEVE DANS LE VAR, POUR JEAN-PHILIPPE BELLOC

samedi 31 octobre 2015 par IMEC

Après la manche de Navarra en Espagne disputée fin septembre, durant laquelle les motifs de satisfaction avaient été nombreux, l’équipage de la Ferrari 458 GT3 n°10 de l’écurie Akka 6 ASP composé de Jean-Philippe Belloc, Christophe Bourret et Pascal Gibon, avait à cœur d’achever sa première saison en GT Tour avec un beau résultat sur le circuit Paul Ricard, théâtre de la finale le week-end dernier. Après une prometteuse 7e place signée à l’occasion de la première course, La Ferrari 458 GT3 N°10 devait malheureusement abandonner à
l’entame de la deuxième course, clôturant avec un sentiment d’inachevé une première année d’apprentissage riche d’enseignements et de performances remarquées.’’Avec le 3e temps dans la première séance d’essais libres et le 7e dans la seconde, nous étions très satisfaits de notre compétitivité. En revanche, lors des qualifications, j’ai été pris dans le trafic et n’ai pu exploiter au mieux le pic de performance des pneumatiques. Au final, je dois me contenter du 12e chrono, alors que le 5e était envisageable »relate Jean-Philippe Belloc.

De leur côté, Pascal Gibon et Christophe Bourret signent une performance d’ensemble qui les place sur la 15e position de la grille de départ de la première course du week-end provençal. Au vu des résultats, l’équipe décide alors de monter pour la course 1 les pneus déjà utilisés en qualification et de privilégier la course 2 en exploitant les deux trains de gommes neuves restant. La première course voit Pascal Gibon et Christophe Bourret réaliser successivement deux superbes relais et remonter au 11e rang avant de confier le volant à Jean-Philippe Belloc : ’’Je me suis élancé en piste avec des pneus relativement usagés. Ce qui ne m’a pas empêché de me hisser à la 6e place avant d’être percuté par un pilote qui manque son freinage et m’envoie en tête-à-queue. Malgré une biellette arrière légèrement tordue, je réussis à poursuivre et à franchir la ligne d’arrivée au 7e rang. Soit une excellente performance malgré cet incident et des pneumatiques, encore une fois, très fatigués durant cette fin de course. Au regard de ce résultat, nous étions très optimistes pour la course du lendemain que nous allions disputer avec des gommes neuves’’.

Malheureusement, la dernière course du week-end s’achèvera plus tôt que prévu. La plupart des pilotes sont motivés par l’envie de clôturer la saison par un bon résultat et prêts à prendre davantage de risques que de coutume pour parvenir à leur fin. Ce qui, inévitablement, conduira à de nombreux accrochages. ’’J’ai pris le départ de la 12e place sur la grille. Un départ lancé relativement loin sur la ligne droite des stands par la direction de course dans le but que les voitures n’aient pas le temps de prendre trop de vitesse avant d’arriver au premier freinage et ainsi éviter les risques d’accrochages. Le directeur de course avait également insisté lors du briefing sur le respect de l’alignement des voitures avant que le départ soit donné. Cependant, personne n’a observé cette consigne. La plupart des concurrents se sont décalés pour tenter de gagner des places sans que le directeur de course ne réagisse en annulant la procédure et en redonnant un nouveau départ au tour suivant. Dès lors, je me suis montré prudent au passage des deux premiers virages, mais n’ai pas réussi à esquiver l’accrochage en arrivant à la chicane. Là, plusieurs voitures étaient entrées en contact. Je suis parvenu à les éviter mais j’ai touché une autre auto. Je me sens responsable de ne pas avoir suffisamment anticipé le risque d’accrochage dans cette portion du circuit et me suis fait surprendre’’ reconnaît le Montalbanais. Du coup, la Ferrari n°10 part en tête-à-queue au milieu du peloton. Lorsque Jean-Philippe tente de repartir, il comprend
rapidement que sa machine est endommagée car la biellette de pince l’ arrière est tordue L’équipe tente de réparer. En vain, l ’italienne doit hélas abandonner. ’’Nous fondions de gros espoirs sur cette dernière course disputée en pneus neufs. Je suis donc très déçu et frustré, car nous avions les moyens de terminer en beauté. Déçu et triste également pour mes équipiers qui n’ont pu prendre le volant pour la course finale. Toujours est-il que nous devons conserver en tête les bonnes performances obtenues lors de cette première saison face des spécialistes chevronnés du GT Tour’’.

B.L.S. – Source J.Ph. Concept @ photo P. Hecq