LES DERNIERS TOURS DE ROUES DE L’ HISTORIC TOUR A LEDENON

lundi 17 octobre 2016 par IMEC

Les deux champions de France Hugo Carini en Monoplaces/Protos et Franck Morel en GT/Tourisme

Si les noms des deux champions de France étaient connus depuis samedi, les dernières tours de roues de hier ont livré l’identité de ceux qui auront le plaisir et le privilège de les accompagner sur les podiums FFSA. Ainsi, pour être restés invaincus ce week-end, Philippe Truffier et Xavier Jacquet lauréats respectifs de l’HTCC Groupe 1 et du Trophée Lotus rejoignent Franck Morel titré en trophée GT Classic et en Challenge Asavé GT/Tourisme dans le tiercé gagnant du Championnat de France « GT/Tourisme ». Auteur d’une semblable performance à Lédenon, Nicolas Beloou vainqueur du trophée Formule Ford Kent partagera cet honneur avec Lionel Robert et Hugo Carini les champions de la Formule Renault et Formule 3 Classic dans le Championnat de France « Monoplaces/protos ».

Trophée F3 Classic : La course 1 du plateau commun F3/Formule Renault Classic inaugure la longue liste des 21 courses du week-end. En l’absence de Lionel Robert, présent aux essais sur une Martini MK42 mais en proie à un moteur défaillant, Hugo Carini prend rapidement le large et, au fil des tours, creuse l’écart sur le Gersois Rémi Fraisse. Constamment à la lutte avec Laurent Vallery Masson, le boss d’HVM Racing, le pilote du Gers parvient à conserver son bien de justesse (une demi-seconde) sur la ligne d’arrivée. Plus loin, Noël Delplanque prend une méritoire quatrième place. L’après-midi, Hugo Carini reprend sa démonstration dans la seconde course, qu’il domine tout aussi nettement devant Remy Fraisse et Laurent Vallery Masson, de nouveau au coude à coude pour les deux autres marches du podium. A La faveur de cette ultime victoire, Hugo Carini achève sa saison sur un score sans appel de 10 victoires en autant de courses !

Trophée FR Classic : Au prix d’un excellent départ, Matthieu Châteaux boucle son premier tour en leader devant Antoine Robert. Celui-ci réagit aussitôt et s’empare du commandement, tandis que son rival est bientôt contraint à l’abandon, transmission HS. La voie est libre pour le jeune fils de Lionel Robert, qui rejoint l’arrivée avec une solide avance sur Fabrice Porte et Charles Gerbout, bien remonté. Au volant de son Orion 90, Gil Oks signe un peu plus loin la meilleure performance parmi les utilisateurs de versions atmosphériques. Dans la course 2, également disputée aujourd’hui, Antoine Robert se relance dans une échappée en solitaire pour rejoindre le damier avec 14’’ d’avance sur Matthieu Châteaux, joliment remonté jusqu’à la 2e place après son abandon du matin. Le frère cadet de ce dernier, Jean-Baptiste, se hisse à la quatrième place derrière Fabrice Porte, de nouveau convié sur le podium

Formula Ford Historic : Formidablement disputée, la course du matin perd immédiatement l’un de ses favoris avec les problèmes moteur du champion de France en titre François Belle. Xavier Michel prend vite les devants. Puis, Laurent Waisler, le « poleman », le relaie au commandement avant d’être retardé par un tête-à-queue. Xavier Michel lui-même éliminé par un Drive through, l’heure de Gislain Genecand semble arriver mais Laurent Waisler, vite revenu, finit par lui ravir le pouvoir dans l’avant dernier tour… avant d’être pénalisé pour un dépassement sous drapeau jaune ! La bataille ne baisse en rien d’intensité dans la course de l’après-midi (la dernière de la saison !), où un groupe composé de Xavier Michel, Alain Girardet et Gislain Genecand impose son rythme et rejoint l’arrivée dans cet ordre après de multiples changements de positions. Bien remontés, François Belle et Laurent Waisler coupent la ligne d’arrivée aux quatrième et cinquième rangs. Une maigre consolation après leurs déboires du matin…

SportProtosCup : Leader dès le feu vert, le « poleman » Frédéric Da Rocha (Lucchini P3 BMW) effectue la course en tête de bout en bout, laissant dans son sillage Philippe Gandini (Merlin MP95) et Franck Metzger (Cesca Grac Ford) se disputer la deuxième place. Ce dernier finit par trouver l’ouverture dans le dernier tour. Philippe Gandini se console avec le gain de la catégorie Protos, tandis que celle des anciennes Coupe de l’Avenir récompense le talent intact de Jean-Luc Delort (Merlin Alfa). La seconde course de SportProtosCup s’élance en l’absence de deux des trois pilotes présents sur le podium de la veille : Frédéric Da Rocha et Philippe Gandini. Franck Metzger et Jean Laffargue également de retour aux stands dès le départ, Jean-Luc Delort en profite pour partir en tête au volant de son ancienne Merlin de la Coupe Alfa. Très vite, c’est Patrick… Merlin (G Méca) qui reprend la main, suivi d’Eric Baumard sur une Lola T492 à moteur Ford Pinto. La course s’achève sur cette hiérarchie, avec Jean-Pierre Caszalot (Lola T598) en troisième homme du tiercé gagnant. Jean-Luc Delort contraint à l’abandon à deux tours de l’arrivée, Jean Moindrot est le lauréat de la catégorie A à bord de sa Grac MT14B

Trophée Formule Ford Kent :Parti de la pole, Xavier Michel (Crosslé 32F) boucle le premier tour en tête, puis laisse l’avantage à Nicolas Beloou avant de s’accrocher avec Gislain Genecand deux tours plus tard. Dès lors, Nicolas Beloou s’échappe en compagnie de David Zollinger, venu faire une pige à domicile mais qui va être exclu en fin de course. Au terme des 15 tours, le Manceau conserve l’avantage et s’impose avec une dizaine de secondes d’avance sur Alain Girardet, lui-même suivi de près par le local Antoine Weil. Fils de l’ancien pilote de F1, Alain Simon prend une bonne sixième place. Venu découvrir le trophée Kent, Lionel Robert remporte la catégorie GHI sur la Nike habituellement pilotée par « John Doe ». Privé de l’opposition d’Alain Girardet, son dauphin dans la course de samedi, Nicolas Beloou prend immédiatement ses aises en tête de cette seconde confrontation du trophée Kent. Il franchit le cap de la mi-course avec près d’une dizaine de secondes d’avance sur le réputé pilote/moniteur David Zollinger, parti bon dernier du fait de son exclusion à l’arrivée de la course du samedi. Malgré les efforts déployés par ce dernier pour réduire l’écart, la situation n’évoluera plus. Vainqueur du trophée Formule Ford Kent 2016, le Manceau Nicolas Beloou conclut sa saison sur une dernière victoire. Bon troisième, le local Alain Weil réédite sa performance de la veille.

Trophée Lotus : Auteur de la pole la veille, Xavier Jacquet impose sa loi dès le début de course devant Philippe Gaso, puis Philippe Huret, bientôt relayé par Claude Rucheton au cap de la mi-course. Les choses en restent là et malgré le regroupement de fin de course entre les quatre premiers, Xavier Jacquet conserve ses prérogatives sous le damier. Deuxième à une petite seconde, Claude Rucheton conserve un mince avantage sur Jean-Jacques Billeres, tandis que Pascal Métayer suit de près. Pour la toute dernière de la saison, et la course de clôture du meeting, les pilotes du trophée Lotus reprennent la piste en fin d’après-midi. Sur son nuage, Xavier Jacquet s’empare à nouveau du commandement dès le départ, enchaine les tours en tête devant Pascal Métayer et Claude Rucheton, longtemps restés au coude à coude, et finit par ajouter une nouvelle ligne à sa liste de victoires. A l’instar du palmarès du matin, Dominique Vulliez termine premier des utilisateurs de Caterham, à la sixième place du général.

Trophée Saloon Car : En l’absence de Christophe Terriou, Alain Derognat (BMW 323i) entame son week-end sur son rythme habituel, en dominant ses camarades du trophée Saloon Car. Auteur du meilleur chrono absolu des trois plateaux qui feront courses communes dimanche (Saloon Car, Asavé GT/Tourisme et Asavé Racing 65), il précède l’Audi Quattro (une parfaite réplique de la fameuse groupe B de l’époque) de 3,7’’, tandis que suivent dans l’ordre ; Patrick Fuet (BMW Compact), José Pascual (R1 Europa Cup) et Laurent Majou (Cooper S), qui cumule ce week-end courses de Saloon Car et de Maxi 1000. Sur la lancée de sa première victoire du samedi, Alain Derognat prend immédiatement la course à son compte. Une nouvelle fois, Fabrice Lefebvre (Audi Quattro) tente en vain de tenir le rythme de la puissante BMW 323i. Il finit par concéder 22 secondes à l’instant de franchir la ligne d’arrivée. Loin derrière, Laurent Majou (Cooper S) est le troisième homme du début de course, puis une lutte s’engage entre Fabrice Delavault (Caterham), éliminé en fin de course par un bris de transmission, José Pascual (R21 turbo) et Vincent Drouilleau (Alfa GTV6), dépassé par Patrick Fuet (BMW M3) en fin d’épreuve. La course de l’après-midi répare sur le même schéma. Alain Derognat reste le patron et enchaine les tours en leader devant Fabrice Lefebvre, finalement contraint à l’abandon à mi-course. Patrick Fuet en profite pour récupérer cette deuxième place pour avoir pris le meilleur, d’extrême justesse, sur Vincent Drouilleau.

Challenge GT/Tourisme Asavé : En grande forme, Ghislain Gaubert boucle les trois premiers tours au commandement, puis Franck Morel, qui enchaine deux courses d’affilée (GT Classic et celle-ci), lui succède en tête. Le pilote de Revel réussit alors à creuser un petit écart sur son camarade, qui laisse à huit secondes au terme des 14 tours de course. Brièvement pointé entre eux, Didier Gruau termine troisième devant l’habituel pilote de F3 Classic, Eric Martin. En course 2, Franck Morel repart sur le même tempo devant Ghislain Gaubert, qui finit par s’incliner face à Didier Gruau à la mi-course. On tient là le podium de l’après-midi !

Asavé Racing 65 : Déjà le plus rapide aux essais, José Beltramelli impose logiquement sa Chevrolet Corvette en tête dès les premiers tours. La vraie bagarre s’engage loin de lui entre les Lotus Elan de Jean-Pierre Vacher et Franck Julien, qui finissent la course réunis dans la même seconde. Dans la course de l’après-midi, l’heure est au statu quo. Une fois de plus, José Beltramelli domine la situation et renvoie dans son sillage les moins puissantes Lotus Elan de Jean-Pierre Vacher et Franck Julien.

Trophée GT Classic : Parti de la pole, Franck Morel réalise une nouvelle course sans soucis, loin devant le reste des troupes. Plus acharnée, la bataille pour la deuxième place tourne à l’avantage final de Sébastien Mathieu, cinq secondes devant l’autre Porsche 964 de Laurent Sabatier. Aux commandes de sa BMW Z3, Guy Burnichon enlève la quatrième place après avoir longtemps croisé le fer avec Patrice Faurie, finalement stoppé au drapeau noir pour non-respect d’un Drive through. Bon prince, Franck Morel (Viper GTS-R) laisse à Sébastien Mathieu (Porsche 964 RSR) le soin de mener le début de course avant de se porter au commandement au moment au Laurent Sabatier (Porsche 964), parti troisième, doit renoncer. Dès lors, le nouveau champion de France, et vainqueur 2016 du trophée GT Classic, s’envole vers une énième victoire. Sébastien Mathieu et Guy Burnichon (BMW Z3) devront attendre l’arrivée pour venir le rejoindre à l’heure du podium protocolaire. Patrice Faurie (Porsche 964) et Jackie Domas (Porsche 928) figurent eux aussi au palmarès de cette dernière course comme vainqueurs respectifs des catégories GTC3 et GTC4.

HTCC – Groupe 1 : Déjà dominateur des « qualifs » du vendredi, Philippe Truffier est resté intouchable tout au long de cette première course. Le futur lauréat 2016 de l’HTCC y précède l’Escort RS2000 de Jean-Paul Guerdoux, solidement installé à la deuxième place dès le départ et Patrick Bourguignon, qui aura attendu les derniers tours pour se défaire de Didier Gruau (sur d’autres Ford Escort). Parti bon dernier au volant de sa célèbre Vauxhall Magnum, Claude Boissy achève une belle remontée à la 15e place. Du côté des autres catégories, Christian Lange (Peugeot 505 turbo) rafle la mise en Coupe Antho et Christian Chalon (BMW 323i) en Pro-Série. Assuré de remporter l’édition 2016 de l’HTCC Groupe 1, Philippe Truffier met un point d’honneur à dominer de bout en bout cette ultime course de la saison. Derrière la BMW 530 iUS, Didier Gruau, qui vient de participer à la course de l’Asavé quelques minutes plus tôt, engage une sévère lutte avec Patrick Bourguignon, qui s’achèvera au bénéfice de ce dernier. Sur une autre Ford Escort RS2000, Jean-Paul Guerdoux termine juste derrière eux. 5e, Jean-Louis D’Esparbes prend sa revanche en Coupe Antho, alors que Malivaïl Castelli (BMW 323i) s’impose à l’arrachée en catégorie Pro-Série face au vainqueur de la veille, Christian Chalon (BMW 323i), et à « Berdal » (BMW 635).

Trophée Maxi 1000 : Si l’Austin 1275 GT de Lionel Couche est absente ce week-end, celle de Michel Frenoy est bien là ! Auteur de la pole en début de matinée, le pilote de la Somme confirme sa suprématie dans cette première course après avoir progressivement distancé ses deux rivaux directs ; Laurent Majou (Cooper S) et Jean-François Besson (Alpine A110). Ultime rebondissement après l’arrivée : Michel frenoy est exclu pour n’avoir pas effectué un Brive through. En remportant la petite classe des moins de 1000 cm3, le jeune Enzo Thiéfain est désormais assuré d’être le lauréat du trophée Maxi 1000 2016. En l’absence de Michel Frenoy, la seconde course de Maxi 1000 semble promise à Laurent Majou ou à Jean-François Besson. Toutefois, mal parti, le duo laisse Sébastien Calas (Austin 1275 GT) prendre brièvement l’avantage. Celui-ci aussi vite contraint à l’abandon, Jean-François Besson se porte au commandement, puis c’est au tour de Laurent Majou de pointer en tête à la mi-course. En plein duel, les deux hommes partent en tête-à-queue sur l’huile laissée par un autre concurrent. Par sécurité, la direction de course décide d’écourter les débats alors qu’il restait quatre tours à parcourir. Laurent Majou est déclaré vainqueur devant Jean-François Besson, tandis que le jeune Tomy Gruelles impose sa Mini Marcos dans la classe 1000 cm3.

Legends Cars Cup : En attendant l’endurance de dimanche, qui s’annonce décisive pour l’attribution du titre 2016, Bruno Chaudet et Théo Bourgogne se partagent les deux courses sprint du jour. L’ancien champion du monde moto Stéphane Chambon est passé tout près de la victoire dans la seconde. Disputée sur une durée de 40 mn, l’épreuve est dominée dans un premier temps par Mathieu Detry et Théo Bourgogne, puis le premier rentre trop tard à son stand pour passer le relais à son équipier, l’ex champion du Monde de moto Stéphane Chambon. Pénalisé, le duo est hors-jeu pour la victoire. La fin de course tourne à l’avantage de Frédéric qui s’impose à Théo Bourgogne pour seulement 3/10 de seconde !

B.L.S. – communiqué de presse @ photo G. Auriol