JEAN LOUIS D’ ESPARBES PRIVE DE RICARD

mardi 19 avril 2016 par IMEC

Que voulez-vous, voilà des choses qui arrivent à tout le monde, vous déboulé au Ricard pour y disputer la première épreuve de la saison auréolé d’un titre et qui plus est fin prêt pour essayer dans disputer un second sauf que vous oubliez quelque chose… ! Laissons Jean-louis D’ Esparbez nous narrer ses mésaventures : « J’attendais avec beaucoup d’ impatience, mais aussi d’appréhension, le démarrage de cette ‘’remise en jeu’’ du titre 2015, disputé sur mon circuit de prédilection. Combien de 505 seront présentes cette année ?.. A quel niveau technique et de pilotage ?... Comment va se comporter la voiture avec les pneus Nankang qui remplacent les Falken. Les essais libres du vendredi me rassurent rapidement, six 505 sont présentes, dont 3 V6 et 3 Turbo, deux voitures supplémentaires, en cours de finition, sont annoncées pour la prochaine manche au Val de Vienne, et le niveau semble accessible. Je ne suis cependant pas totalement content de cette journée, j’ai un peu de mal à me mettre dans le rythme et je roule en 1’54’’ à deux secondes de mes temps de l’an dernier. Les pneus Nankang me semblent en revanche très proches des Falken, peut-être un peu plus efficaces à froid et un peu moins à chaud. Samedi matin, pour les essais qualificatifs, je suis donc bien décidé à attaquer d’entrée et à ‘’poser’’ un temps en début de séance, ce que je fais au troisième tour avec un chrono de 2’52’’602 pour 2’52’’505 en 2015 qui m’assure la pôle des 505 et le troisième temps scratch derrière la redoutable BMW 530IUS et l’Escort de P.F. Clot et encore et toujours lui. Hélas, aussitôt après, la température eau monte brutalement, et je m’arrête immédiatement pour tenter de limiter les dégâts. Le diagnostic tombe après autopsie : un débris de gomme a bloqué le ventilateur, provoquant la surchauffe ; deux pistons sont « HS », et la culasse est endommagée. C’est donc en spectateur que j’assiste aux 2 courses du dimanche, qui consacrent Gosset dans la première et Lange dans la deuxième, au terme de superbes bagarres. A l’heure qu’il est, mon motoriste Muratet emploie toute son énergie à remonter le moteur pour la prochaine course du Val de Vienne, mon autre circuit favori. Le « joker » autorisé par le règlement, le moins bon résultat est décompté en fin de saison, a été utilisé dès la première manche, il me faut donc désormais faire un parcours sans faute.

Le rendez-vous lors du Val de Vienne, se déroulera les 30 avril et 1er mai.

B.L.S. – source D’ Esparbes