CD SPORT, MIKE PARISY ET GILLES VANNELET CHAMPIONS

jeudi 19 octobre 2017 par IMEC

CD Sport a atteint son objectif principal en championnat de France FFSA GT en décrochant le titre avec le duo Gilles Vannelet et le Palois Mike Parisy ! Cet événement s’est produit au terme d’une saison riche en rebondissements, à l’image de la dernière épreuve au Paul Ricard. L’équipage de la Porsche N°30 avait deux points de retard en arrivant dans le Var, avant d’égaliser le samedi et de prendre un avantage définitif le dimanche.

L’équipe a abordé ce rendez-vous crucial dans la foulée d’une mauvaise nouvelle : lundi, le co-team-manager Claude Degrémont s’est fracturé une jambe suite à une chute en scooter. C’est donc de sa chambre d’hôpital qu’il a suivi les évolutions de ses troupes, et fêté le titre de ses pilotes !

Mike Parisy, Laurent Cazenave et Gilles Vannelet les 1er champions du GT4 FFSA

Porsche N°30 : Qualifié à la corde de la sixième ligne, Gilles Vannelet réalise une belle progression pendant son relais sans oublier la stratégie. « J’ai essayé de préserver les pneus, surtout l’avant gauche, pour que Mike puisse rivaliser. » Il passe le volant de la Cayman à Mike Parisy en 7e position, mais à ce moment, les leaders du championnat sont au 2e rang. Ils vont ensuite progressivement rétrograder et dans le dernier tour, Mike est dans leur sillage pour le gain de la 4e place ! A l’entrée de la chicane du Mistral, il place une attaque. Son adversaire freine trop tard, coupe la chicane puis la ligne d’arrivée 4e. Mais les commissaires sportifs lui infligent une pénalité de deux secondes, suffisante pour échanger les positions entre les deux protagonistes, qui se retrouvent à égalité de points samedi soir.

« Cette course de folie a été d’une extrême intensité, dans le stand comme derrière le volant Dans le dernier tour, j’ai réussi à pousser notre concurrent direct à la faute, en exploitant mon expérience à haut niveau. Je ne pouvais pas demander plus à mon auto et aux pneus. » constatait Mike Le co-team-manager Laurent Cazenave osait alors une parabole footballistique pour résumer la dramaturgie de la situation : « Il nous reste à jouer les “prolongations“, en espérant que l’on n’ira pas à l’épreuve des “penalties“ ! »
Les données de base de la course 2 semblaient plus favorables avec la N°30 à la 3e place sur la grille. Mike prend un bon départ et s’installe en 4e positon tandis que son rival, parti 11e, perd rapidement de nombreuses places dans un accrochage. Mais les mines se font inquiètes dans le stand CD Sport quand le Palois dégringole au 9e rang. Or, il faut non seulement devancer l’équipage adverse mais aussi terminer dans le Top 10 pour marquer au moins un point. En cas d’ex aequo, la 30 serait en effet battue au nombre des victoires. « Je me suis rapidement rendu compte que j’avais un problème, une perte de puissance. Toutes les Porsche me déboîtaient dans la ligne droite » expliquait Mike. Bien qu’aux prises avec les mêmes symptômes, Gilles réussit à dépasser un concurrent, profite de la crevaison d’un autre et d’un accrochage pour franchir la ligne à une incroyable 5e place ! (bleu]« L’équipe a fait un super boulot. On savait que le championnat serait long, qu’il faudrait toujours être constant, répondre présent à chaque fois pour marquer des points » concluait l’ancien champion d’Europe FIA GT3 Gilles Vannelet à l’heure de ceindre sa première couronne de champion de France FFSA GT. Sacré en GT3 en 2009, Mike Parisy remportait lui aussi son premier titre dans la catégorie phare. « Techniquement, le team CD Sport est au point, il a mis une voiture compétitive à notre disposition. Je suis heureux et fier d’avoir porté ses couleurs. Claude Dégremont est une personne que j’affectionne particulièrement. Il n’est pas du tout dans la démonstration, mais dans l’authenticité. Laurent Cazenave a les mêmes valeurs et ils sont très complémentaires. »

David Hallyday avant le départ

Porsche N°31 : les deux voitures de l’écurie CD Sport ont terminé dans le Top 10 des deux courses, marquant ainsi à chaque fois des points au championnat. Dans la course 1, la Porsche N°31 y est parvenue malgré un 15e temps en qualification et un début de course mouvementé. David Hallyday puis Morgan Moullin-Traffort ont dû cravacher pour rejoindre l’arrivée à la 10e place. 8e sur la grille de la course 2, Morgan se fait pousser en tête à queue au premier tour. Mais un Moullin-Traffort déchaîné en vaut deux et le Toulousain passe du 30e au 16e rang pendant son relais. David poursuit sur la même dynamique pour se classer 8e. « Nous avons fait une course exceptionnelle » commentait le chanteur, tandis que son équipier ajoutait : « Je retiendrai de cette année que je me suis fait « jeter » trois fois au premier tour… Mais je suis bien sûr très heureux pour l’équipe CD Sport ainsi que pour Gilles et Mike. »

Seul aux commandes et, en l’absence de Claude Degrémont, Laurent Cazenave nageait comme toute l’équipe dans le bonheur parfait après l’arrivée. « Mon premier appel a été pour Claude. Nos pilotes ont été fantastiques et inspirés mais ce titre revient aussi à nos mécaniciens qui ont fait un travail extraordinaire toute la saison avec un double programme. Nos ingénieurs également ont été très bons, et évidemment c’est une histoire extraordinaire entre Claude et moi. Notre première rencontre remonte à 1997, nous savons donc depuis deux décennies que dans le fonctionnement de l’équipe, l’un ne va pas sans l’autre ! »

Pour mémoire, CD Sport était de retour cette année en Grand Tourisme après une décennie d’absence. Ces quatre dernières saisons, le team est monté quatre fois sur le podium final des championnats auxquels il a pris part, dont deux fois sur la plus haute marche. Il lui reste à achever en beauté son parcours en Proto CN 2 litres les 4 et 5 novembre à Estoril.

B.L.S. – communiqué © photos P.P.S.