NOGARO : DEFI KART JEUNES

lundi 16 novembre 2009 par IMEC


En partenariat avec EDF, la FFSA a lancé l’opération Défi Kart Jeunes qui se déroule dans plusieurs villes de France. Le but de cette sélection, détecter le (s) futur (s) grand (s) pilote (s) de demain, elle s’adresse à des jeunes âgés de 12 ans à 22 ans. Lancée à Paris le 26 septembre sur le site de PSA à Aulnay-sous-Bois cette opération dont la logistique se compose de 20 tonnes de matériel, 20 personnes, 3 semi- remorques et 12 karts électriques, a fait une escale à Lyon, lors du salon de l’automobile du 3 au 11 octobre avant de rejoindre le circuit de Nogaro ce week-end.

Beaucoup de prétendants mais peu d’élus.

C’est aux manettes de karts électriques que pendant deux jours, les nombreux prétendants aux places d’honneurs vont s’affronter. Des prétendants qui ne doivent en aucun cas posséder une licence FFSA. Environ deux cents jeunes se présentent sur le circuit gersois et tous savent que les places seront chères. Certains sont tout simplement de purs novices, n’ayant jamais pris les commandes d’un kart, d’autres y ont un peu tâté et certains possèdent une bonne dose de roulage en loisir. A les écouter c’est du ‘’A peine deux ou trois tours !’’ Mon œil ! Pas facile à croire lorsqu’on les voit rouler pendant les cinq minutes réglementaires aux volants de ces petits bolides silencieux qui pèsent dans les 120 kg, bicause les batteries qui ne sont pas encore des exemples de modèles réduits. Les sélections se font par demi-journées et en deux groupes, avec comme seul juge final le chronomètre. Les 12,15 ans (groupe A) se battent pour décrocher une saison de karting avec un encadrement du Auto Sport Academy, et le meilleur des 16, 22 ans (groupe B) aura droit à une journée de sélection officielle Auto Sport Academy. Mais pour cela il va falloir s’imposer lors de la finale qui aura lieu au Mans le 15 décembre. Dimanche soir dix jeunes ont décroché un billet provisoire pour cette finale. Pourquoi provisoire, tout simplement et ceci malgré les contrôles fais sur place, la FFSA va encore vérifier qu’un petit malin ne possède pas une licence, ce qui amènerait son exclusion du concours.

Fils de pilotes et simples anonymes

En scrutant à la loupe les noms des engagés, certains nous interpellent et d’autres pas du tout. Quelques uns sont tout simplement venus s’essayer au karting gratuitement histoire de connaître les joies du pilotage et pourquoi pas décrocher le pompon et, d’autres aimeraient bien marcher sur les traces de leurs géniteurs, à l’exemple de Maxim Rigaudière, Kévin Dubourdieu, Florian Martins, Florian Cabarrou et d’autres encore. Nous avons voulu connaître la motivation de l’un d’entre eux. Rencontre avec Kévin 14 ans le fils de Dominique Dubourdieu pilote d’Autocross.

  • Kévin, comment es tu venu ici ?

A vrai dire je ne le savais pas, papa m’a inscrit et me l’a annoncé après.

  • As-tu déjà fait du karting ?

Oui deux fois en loisir à Valras

  • Peux-tu nous dire la différence qu’il y a entre le kart électrique et le kart thermique ?

Le kart électrique est plus lourd. Par contre il n’y a pas de grosses différences du côté des sensations entre les deux, hormis le silence de l’électrique.

  • Comment c’est déroulé ton essai ?

Dans l’ensemble bien sauf au second tour, j’ai raté un virage juste avant l’arrivée.

  • Te vois - tu dans la peau d’un pilote de course ?

Oui, mais pas en karting ! Je débuterai l’an prochain en Sprint Car DIII . Ma première épreuve devrait avoir lieu à Bellegarde, ensuite j’ai l’intention de disputer tout le Challenge Corac.

B.L.S.

Chronos de la série A

PDF - 545.2 ko

Chronos de la série B

PDF - 706.6 ko