UN SUPER SAMEDI POUR L’ ENDURANCE DE LA TWIN’CUP A ARNOS

mercredi 9 août 2017 par IMEC

Habituellement les mois de juillet et août marquent la trêve estivale pour les sports mécaniques, où les équipes, pilotes et accompagnateurs profitent des vacances, de la famille, du soleil et de la mer… mais la Twin’cup Endurance Series souhaitait partager un peu de ces moments avec vous en vous rassemblant dans le sud, pour les premiers 4 heures de l’histoire de la Twin’cup sur le circuit de Pau-Arnos.

Après l’arrivée des équipes sur le paddock vendredi après-midi, nous apercevons un ciel plutôt menaçant et un temps triste, laissant le doute sur la météo du lendemain mais épargnant tout de même les concurrents pour leur installation sur le paddock du circuit.

Le samedi matin, les pilotes sont accueilli au p’tit dèj pour la distribution de croissants, mais surtout de transpondeurs…essentiels quand on a le désir d’aller défier le chrono !!! Avant cela, la majorité des voitures s’élancent pour les deux séances d’essais privés afin de perfectionner réglages et pressions de pneus pour certaines équipes locales comme CDRS, ou de découvrir la Twin’cup et le tracé, comme l’équipe Plein Régime dont c’était la première épreuve en Twin’cup. D’ailleurs, on a pu voir le papa, Hervé Laforge, ému, excité et fier des premiers tours de roues de Téo, qui participait ici à sa toute première course auto après avoir fait ses armes en karting…Lors de ces deux séances, on voit que les pilotes cherchent encore la trajectoire idéale sur ce tracé vallonné et technique. A noter, la malheureuse sortie de la 49, surpris par la voiture qui le précédait, qui ne peut éviter le contact avec le rail…c’est impressionnant mais connaissant les capacités de l’équipe, tout devrait être réparé pour les qualifs…

Il est 10h, le soleil est de la partie, les Twin’cup s’élancent pour les essais chronométrés. Difficile de savoir qui tirera son épingle du jeu sur ce tracé technique, entre les pilotes locaux, Cédrick Ducos, Thomas Laisne, Laurent Mazouat…les pilotes chevronnés de la Twin’cup, Laurent Dziadus, Hervé Fernandez-Grande, Damien Boiziot…les jeunes loups, Chris Cappello, Téo Laforge…mais également les outsiders dont il faut se méfier comme Franck Idrac, Stéphane Astier, Cédric Quesnel… L’équipe CDRS compte bien trôner les premières places et c’est l’As qui établit le premier temps de référence, suivi par la numéro 24 et la numéro 8… Bizarrement nous vous évoquions, quelques lignes plus tôt ces trois voitures comme prétendantes à la pole position. Attention, la séance vient seulement de débuter et 6 voitures se trouvent encore dans leur box…La 124 du Pau Racing Team, rencontre quelques soucis moteur, mais son pilote, Logan Bertrand essaie tant bien que mal de boucler un tour pour sauver ses qualifs, avec un moteur tournant par à-coups sur 3 pattes…La 79 du trio Martinez, Laforge, Baboulin descend les chronos de tour en tour…Les écarts se resserrent et la première position change de numéro de passage en passage, on voit la 40 prendre la tête, puis la 63, la 24 et la 32 se succéder. Cela promet un final palpitant pour la fin des qualifs !!! Il semblerait que la numéro 164 rencontre des soucis techniques qui seraient la suite d’une sortie un peu large lors des essais privés qui aurait endommagé le berceau avant…On approche du terme de la séance et les positions sont extrêmement disputées…c’est finalement……le leader du championnat qui confirme son rang !!! Chris Cappello prend la pole position en 1’40.815, devant la 63 qui sort un tour en 1’40.961 dans les ultimes secondes et la numéro 1 en 1’41.039. Nous ne vous avions pas menti car les 6 premières voitures se tiennent dans la seconde. A noter un premier top dix pour la numéro 8 avec une neuvième place. Cette bataille pour la pole promet de grandes choses pour les 4 heures de course à suivre !!!

La course 1, démarre ce samedi en fin de matinée, les premiers 4 heures Twin’cup sont lancés… au feu vert, la 32 résiste à la 63 dans le pif paf, tout le monde passe, mais avec le souffle coupé !!! La 66 prend un peu trop le vibreur et part sur deux roues !!! Tout le monde pense au tonneau mais Eric Hameau a de la place et réussi habilement à reposer la voiture !!! OOOuuuf car après 500m de course, cela aurait été dommage…La 27 de Régis Boukehla épaulée pour le week-end par le fidèle Gilles Noël tente de remonter quelques places rapidement et on la voit en dérive au milieu du circuit, les pilotes attaquent. Les 6 voitures de tête sont dans un mouchoir, la 63 suivi sur ses talons de la 32, 24, 1, 40 et la 13, on pourrait croire à une course Sprint tellement le rythme de ce début de course est élevé. La numéro 8 fait un bref passage par les stands et repart. Damien Boiziot, Hervé Fernandez-Grande et Chris Cappello s’échappent un peu, non loin derrière, Laurent Dziadus se bagarre avec Franck Idrac et remontent sur le tiercé de tête…

Premier rebondissement !!! l’as rentre au stand, son pare-chocs avant traîne à l’arrière…on rentre la voiture CDRS dans son box…On apprendra par la suite que c’est à la conséquence d’un contact entre la 24 et la 1, au départ sans conséquence qui créera la perte du pare-chocs avant…Malchance pour le pilote, le boa d’air solidement fixé entraînera dans sa course la fissure du radiateur d’eau…Passage au stand de la 49 pour un souci technique à gauche, probablement un pneumatique en souffrance… mais nous vous l’avions dit au début de ce résumé, l’équipe a fait le nécessaire pour réparer la voiture à temps et Steeve Wegmann, le couteau entre les dents est bien décidé à ramener une belle performance en région parisienne. Devant, le duo de tête est très rapide, séparé de moins d’une seconde, pendant que la 40 de Franck Idrac passe 3e avant de laisser le volant au sympathique Didier Blanchet venu découvrir la Twin’cup Endurance Series lors de ce meeting avant de se lancer dans l’aventure avec son fils !!! C’est la fin de la première heure, Damien Boiziot du Team DSS Kart est en tête devant le leader du Championnat du Team ATM Production pour seulement 6 petits dixièmes et Thomas Laisne du Team CDRS à moins de 20s derrière. A noter, 5 pénalités infligées à la fin de cette première heure, deux pour non-respect du temps minimum d’arrêt au stand et trois pour non-respect de l’usure maximum des pneumatiques.

La deuxième heure est lancée et cette fois-ci la 32 prend la tête et réussit à la garder devant Matthieu Perot toujours très rapide. Derrière, Cédrick Quesnel passe à l’attaque sur la 24, bien décidé à concrétiser sa 4e place de la première heure. La 40 reste 3e, la 66 du sympathique Jean-Pierre Cottineau et de l’acrobate des premiers mètres Eric Hameau est arrêté sur la piste (un clips de boite récalcitrant qui sera réparé par la suite). Les cinq premières voitures sont assez proches, mais la 131 d’Eric Martinez et Fred Jouvenat est à l’affût en 6e position. Cédric Ducos rentre aux stands, nous pensons tous à l’arrêt imposé mais cela semble précoce…cela se confirme par la traînée d’huile sous la voiture…boite de vitesse cassée (boite de vitesse qui sera changée, en… 35 minutes). On assiste à l’arrêt de la 13, 40 et 6, ces trois voitures pensaient avoir un souci mécanique avec l’odeur d’huile de boite de la numéro 1, mais repartent aussitôt. La 138 ne passe plus, il semblerait que la voiture ait tapé le rail dans le haut du circuit (choc confirmé après la course et malheureusement abandon de la voiture, dégâts trop importants)

La deuxième heure se termine et le suspens est au rendez-vous, la 32 passe en tête avec 23’ d’avance devant la 63, la 13 qui confirme sa volonté de podium et la 131 qui tire son épingle du jeu lors de cette deuxième heure. La 164 du Team Mgs Passion, avec le trio Espitalier, Lariau, Mazouat remonte peu à peu dans le classement après son changement de berceau du début de course.

La troisième heure de course est lancée… quelle stratégie faut-il adopter ?!? Attaquer ou ménager la mécanique… Les pilotes ont fait leurs choix et le rythme repart de plus belle…les deux premiers s’échappent mais la dernière marche du podium est très prisée à cet instant de la course, Franck Idrac veut prendre le large mais Cedrick Quesnel et Thomas Laisne font l’effort pour rester dans ses roues !! Safety-car après la sortie de la 124 peu après le départ de cette troisième heure, confusion des arrêts aux stands (notre mea-culpa sera fait sur ce sujet et éclairci pour les prochaines courses…) La 63 prend la tête devant la 32 qui semble gérer sa course, la 40 dans son pare-chocs arrière, mais second coup de théâtre en tête de course, la 63 aux stands…stratégie ou mécanique…c’est bien l’alternateur qui est à changer. Même si l’équipe est réactive, la victoire et le podium sont compromis avec un tel rythme de course. La 32 (malgré une pénalité), 24 et 40 prennent une option sur le podium avec 2 tours d’avance sur la 131, 27 et la 6. Nous sommes plus qu’à une heure de l’arrivée, la 164 fait un écart…à l’endroit le plus délicat du circuit…et malheureusement cela ne pardonnera pas, l’auto part dans le bac à graviers et nous « offre » deux tonneaux dont une pirouette effectuée au-dessus des pneus (12G à l’atterrissage)… Plus de peur que de mal, le pilote va bien (même s’il risque de sentir dans les heures qui viennent qu’il a fait de la Twin’cup ce week-end, avec quelques contusions…bon repos à toi !!!).

On sent dans cette dernière heure que les teams et les pilotes gèrent leur course, entre fatigue, gestion de la mécanique et des écarts, aucun fait de course majeur n’est à noter. Les places sont figées en tête, mais on observe quelques belles remontées pour les places d’honneur, la 49 du Team Garage du Coteau pour qui cela avait mal commencé et la 6 du Team Sirius, présent depuis les tous débuts de la Twin’cup avec une aventure Père/Fils de Stéphane et Jean-Luc Astier pointent 4e et 5e. Le damier s’abaisse avec la numéro 32 en tête, Chris Cappello et son équipe seront passés par toutes les phases lors de ce meeting, crainte mécanique, stratégie, pénalité… mais il aura été rapide et solide tout au long du week-end pour confirmer son statut de leader de la Twin’cup Endurance Series. Thomas Laisne et Hervé Fernandez Grande confirmeront leur vitesse par une belle seconde place et Franck Idrac réussira à conserver la troisième place avec le Néo-Twin’cuper Didier Blanchet.

Déjà tous les deux sur le podium, Chris Cappello remporte également le Trophée Jules Bianchi qui récompense la meilleur Junior -25ans, et Didier Blanchet remporte le Trophée Michel Fangouse qui récompense le meilleur Senior + 50ans.

.

Trouvez les classements ici : http://www.actumecanique.com/spip.php?article6555

B.L.S. communiqué @ photo B.LS.