POURSUITE SUR TERRE, UNE VIREE EN UFOLEP

lundi 5 février 2018 par IMEC

Le départ d’une manche de Monoplace

Ce n’est pas tous les jours que je fais une infidélité à la FFSA, mais pour une fois je vais faire une exception en me rendant sur une course organisée par l’ Ufolep et pas n’importe laquelle puisqu’il s’agissait d’une finale, il faut dire que je n’avais pas d’épreuve ce week-end là. Sous la cordiale pression de Eric Mouior qui n’arrêtait pas de me tanner le cuir afin de voir au moins une fois un meeting d’une course sur terre disputée avec des cross car, des monoplaces ou des voitures de tourisme issus de cette discipline.

Rien ne différencie un commissaire de piste de la FFSA à celui de l’ Ufolep

Lors de mon arrivée à Tournecoupe une grosse surprise m’attend, avec un nombre incroyable de voitures de toutes sortes, venues de différents départements, avec autant d’engagés, des campings car en veux-tu en voilà, une nuée de remorque, autant de monde que lors la nocturne du Challenge Corac au mois d’août. Plus de deux cents autos ont répondu présent pour la finale de l’ Ufolep, devant environ 2000 personnes présentes. Quel part je suis un peu bluffé, je m’attendais pas à voir autant de monde et d’autos. Il faut dire que dans cette catégorie de compétition, les contraintes sont plutôt libres en matière de préparation de véhicules, bien quelles se rapprochent inexorablement des normes de la fédération, des engagements beaucoup moins onéreux que ceux pratiqués par la fédération et, bien sûr aucun spectateur ne verse de dîme, ceci expliquant peut-être cela.

Les concurrents alignés au cordeau

Par contre le décor reste le même, avec de nombreux départs avec bien sûr une finale. Sans vouloir rentrer dans le détail. Trois catégories font parties du système ; le Tourisme, le Proto et la Monoplace, deux d’entres elles sont réparties en sous catégories et la monoplace n’en comprend qu’une de 0 à 2000 cm3. Il faut savoir que le vainqueur de la finale n’est pas obligatoirement le premier, en effet des points sont comptabilisés à chaque manche, et le vainqueur est celui qui a obtenu le plus grand nombre de points, ce qui fait que celui qui termine premier de la finale, mais qui s’est loupé pendant les manches, risque de ne pas être en tête à la fin du week-end, pas si idiot comme système.

Des couleurs différentes pour les plaques et les numéros permettent de reconnaître dans quelles catégories se trouvent les pilotes

Mon but est de voir comment cela fonctionne ou plutôt d’avoir une idée, bien sûr pas de surprise côté piste les manches se déroulent à la perfection, pas de temps mort, aussi allons voir le l’envers du décor. Là aussi chacun vaque à ses occupations, ici il faut restaurer un bout de carrosserie, ailleurs redresser un triangle ou changer une rotule et autres, quelque part que du déjà vue.

Des voitures chiffonnées

Zieutons sur autos il faut avouer franchement que le panel dépasse l’entendement, des modèles dignes de la rubrique VHC, style Peugeot 205, Twingo, Alfa Roméo, Alpine A110 ou A310, Matra Baghera, Fiat X19, Renault Gordini, Toyota, R5 Turbo, Citroën BX, et bien d’autres autres que les moins de 20 ans n’ont pas connu, un véritable inventaire à la Prévert mais bon c’est sympa. Par contre du côté des monoplaces ou cross car pas de surprises des voitures très semblables à celles de la FFSA. Un constat, l’on à le sentiment que l’état des caisses ne sont pas le dernier des soucis des propriétaires, tellement nombreuses sont chiffonnées. Faisant part de mon étonnement sur l’état de ces voitures à une personne avertie, elle me répond ‘’C’est normal c’est la fin de la saison, normal que les autos soient un peu chiffon… !’’ A bon si tu le dis !

La voiture attend son mécano qui semble s’être évaporé

Il est bientôt temps de rentrer, après avoir passé une journée, très sympa. Bien sûr je n’ai pas beaucoup parlé avec des pilotes sur leurs états d’âmes bien qu’en connaissant quelques uns, j’avais d’abord envie de voir avec un grand V ce qu’est une épreuve de se type. Pourquoi pas un jour faire une nouvelle escapade.

Des remorques plein la vue

En marge de : Le prochain rendez-vous de l’ Ufolep aura lieu les 28 et 29 avril. A ce jour l’équipe des Kangourous d’ Enbounet envisage de recevoir la finale karting (1) en 2019 ou devraient se déplacer dans les 5000 personnes.

La journée se termine avec les podiums

1) Ceux qu’on appelle des kartings sont très proches de ceux du sprint car.

B.L.S.