OLIVIER PLA : ON NE MERITAIT PAS UNE TELLE FIN DE SAISON

mardi 2 décembre 2014 par IMEC


Abordant la dernière manche du Championnat du Monde FIA d’Endurance en tête du classement LM P2, G-Drive Racing était optimiste et espérait un bon résultat au cours de cette finale pour ramener le titre mondial LM P2. Malheureusement, après avoir qualifié la Ligier JS P2-Nissan en pole position, une rupture mécanique a conduit Olivier Pla à perdre le contrôle de la voiture et percuter un mur de pneumatiques après une heure de course. L’avant droit de la voiture était trop endommagé pour permettre de la ramener dans les stands et le team a dû se résoudre à abandonner.

Malgré cette décevante fin de saison pour G-Drive Racing, le trio Olivier Pla, Roman Rusinov, et Julien Canal a connu une excellente saison. Engagés successivement sur deux châssis Onroak Automotive différents, la Morgan-Nissan puis la Ligier JS P2-Nissan, toutes deux équipées de pneumatiques Dunlop, les trois pilotes ont décroché sept pole positions en LM P2 sur les huit possibles, ne cédant que celle de Spa et sont montés sur la plus haute marche du podium à quatre reprises, Silverstone, Spa, Fuji et Shanghai.

Olivier Pla avait signé le meilleur temps de la catégorie LM P2 du week-end avec un record en 1 :24.173 qui, combiné aux meilleurs chronos de Roman Rusinov, leur a offert la première place sur la grille de départ. Avec tous les temps de la catégorie LM P2 dans la même seconde, une course très serrée était attendue. Olivier Pla a pris le départ, gêné par une LM P1 en difficulté, il n’a voulu prendre aucun risque, quitte à perdre trois positions. Mais les deux voitures de SMP Racing ayant effectué un passage aux stands très tôt dans la course, le pilote toulousain a très rapidement occupé la deuxième position. Il a alors commencé à rattraper son retard et il est remonté sur l’Oreca-Nissan N°47 de KCMG. Alors le plus rapide des LM P2 en
piste, avec un temps de 1 :24.916 qui n’aura pas été amélioré par ses concurrents jusqu’à la fin de la course, il a pu reprendre la place de leader à l’issue des premiers ravitaillements. Mais après une heure de course, une rupture mécanique lui a fait perdre le contrôle de la voiture et percuter violemment le mur de pneumatiques au bout de la ligne droite des stands. L’avant droit de la voiture a subi de gros dégâts, elle a du être remorquée hors de la piste, provoquant pour quelques minutes la mise sous drapeau jaune de la course. Heureusement, Olivier Pla n’a pas été blessé et il est sorti indemne de la voiture. La voiture sévèrement endommagée n’a pas regagné les stands durant la course et l’équipe devra procéder plus tard à une investigation approfondie pour déterminer la nature exacte du problème mécanique. Réactions après cette fin

Olivier Pla :« C’est un crève-cœur de perdre le championnat comme ça. Malheureusement on a quelque chose a cassé à un endroit sur le circuit où il ne le fallait pas, parce qu’ailleurs, j’aurais pu ramener la voiture sans problème. Là je n’ai rien pu faire. C’était instantané et le mur à cet endroit est très proche. Ce n’est pas vraiment ce qu’on mérite depuis le début de la saison, après avoir fait sept pole positions et gagné quatre courses. On aurait dû en gagner d’autres encore, et notamment celle-là, parce que nous étions au dessus du lot encore une fois. La voiture était fantastique à piloter jusqu’à ce moment là, et je suis vraiment déçu pour toute l’équipe et mes co-équipiers qui ont fait un travail exceptionnel avec moi cet année. C’est difficile à accepter, mais malheureusement c’est comme ça. Ça fait partie de la course automobile. Il faut l’accepter, on n’a pas d’autre solution. Un grand merci à tout l’équipe. »

Julien Canal : « Je suis forcément déçu de cette course et du résultat au championnat. Je pense qu’on méritait vraiment de gagner. On a prouvé notre pointe de vitesse. En tout cas pour moi, c’est une première année en LM P2 assez exceptionnelle, même avec un peu de déception au final. On a quand même prouvé que nous étions très rapides et constants. Humainement, j’ai rencontré des gens qui sont vraiment super, et je ne retiendrai que beaucoup de positif. Je remercie vraiment Olivier, Roman et toute l’équipe de m’avoir accepté, de m’avoir tant appris, ce qui a pu aider à ces quatre victoires, et j’espère que je pourrais repartir l’année prochaine avec cette équipe. »

Philippe Dumas, Team Principal : « Le sport automobile reste un sport plutôt ingrat. On fondait forcément beaucoup d’espoir sur cette course parce qu’on a conçu une excellente voiture et j’étais convaincu que sur ce type de circuit elle serait redoutable. La mécanique en a décidé autrement, au pire moment, au pire endroit. C’est un concours de circonstances assez malheureux pour nous, entre ici au Brésil et au Mans, où on ne peut pas ramener la voiture aux stands et on perd d’énormes points. On va analyser l’incident à l’atelier en rentrant et revenir encore plus fiables et compétitifs l’année prochaine. La saison a été belle malgré tout. On a été compétitifs, on a passé de beaux moments ensemble et on a eu un trio de pilotes ultra performants qui a progressé et qui de plus s’est très bien entendu. Julien a fait un excellent travail de pilote Silver et il n’y a rien à redire sur sa saison. Roman a été exemplaire, il n’a fait
aucune faute et a été très compétitif, en course et surtout en qualifications. Quant à Olivier tout le monde connaît son talent. Heureusement, il va bien, malgré un très gros choc, la voiture est passée de 230 km/h à 0. Cela prouve aussi que la sécurité était bien là. J’aurais cependant préféré faire un crash test en version réelle en d’autres circonstances ! »

Anne Bernard Onroak Automotive @ photo C. Marin DPPI