LES PORSCHE SUBISSENT LA LOI D’ UNE CITROËN GS

lundi 23 décembre 2013 par IMEC

Pour la 13e édition des 100 Tours du circuit de Nogaro, le samedi, le soleil est de la partie, mais cela ne va durer. Les choses vont se gâter dans l’après midi avec quelques petites averses. Dimanche le brouillard tient compagnie aux concurrents une grande partie de la matinée. Il est vrai qu’à cette époque de l’année, le smog n’est pas une denrée rare dans ce coin du Sud-Ouest. Peu importe la météo, la GS de Egron, Dumez, Dezerce, Couprié des habitués de ces épreuves, matte les Porsche de tous les accros des 100 Tours, avec dans l’ordre : celle de Dastarac, Piaud, celle de Granvilliers, Douida, la 3e de Cocuaud, Prulho, ou de Mosselmans, Stassen,. Une marque qui voit rentrer sept 911 toutes races confondues dans le top 10.

Trente quatre concurrents figurent sur la liste provisoire des engagés, mais deux se retirent avant le début des hostilités, dominées par Cocuaud, Prulho. Déjà la GS pointe le bout de son nez aux avant poste devant les derniers vainqueurs ; Dastarac, Piaud. La famille Allard (BMW) et Mosselmans, Stassens complètent le top 5. Par la suite quelques averses se rajoutent aux festivités. Elles vont apporter leurs lots de désillusions, et mettre hors jeu beaucoup de participants. En effet comment tenir les temps de référence à chaque tour, alors que ces derniers ont été établis sur piste sèche. Rapidement tout le monde va accumuler les pénalités. A ce petit jeu la Citroën prend le commandement de l’épreuve le samedi soir. Sur ses talons pointent les GT de Stuttgart de Cocuaud, Prulho, Dastarac, Piaud Mosselmans, Stassen et l’ Austin Healy 3000M de la famille Cazalot qui a gagné sept places en soixante minutes. Pendant ce temps certaines concurrentes donnent des signes de faiblesses, nécessitant parfois de grosses opérations chirurgicales. Des opérations pas toujours couronnées de succès, comme pour la Mercadier de Boullery, Rabet Barosso qui consomme des joints de culasse comme d’autres des tasses de café, ou la Triumph Spitfire de Clot, Crohen, Puyo, dont le cœur n’est plus de toute première jeunesse et qui finit par rendre l’âme. Pour la 906 de Peyraud, Colinot des problèmes d’articulations vont la stopper avant la fin de l’épreuve. Dimanche matin, tous les rescapés se voient ou plutôt………. ne voient plus rien à cause d’un épais brouillard. Après plusieurs tours derrière la voiture de sécurité, l’évidence s’impose ; il faut rentrer au bercail en attendant que les choses s’arrangent. Mais quand il faut y aller il faut y aller, encore deux heures de compétition. Deux heures qui vont être dominées par la GS, pendant que d’autres concurrents remballent leurs bardas. A midi les rescapés rentrent à bon port et les trois premiers équipages filent vers le podium qui conclue une saison plutôt compliquée

La suite en images

Les ennuis commencent pour la 906 de Payraud, Collinot, avec une rupture de rotule. Elle ne terminera pas l’épreuve.

Le brouillard omniprésent dimanche matin, va chambouler le déroulement de l’épreuve et mettre à mal les temps de référence.

Allez les filles ! Sylvie, Brigitte, Christelle et Marie, amèneront gentiment leur MG Midjet MK III à la 24e place. Pour Brigitte, Christelle et Marie il s’agit d’ une première.

La famille Allard et sa BMW termine 7e avec un infime écart d’une dizaine de points sur les sixièmes Prétesac, Vinci sur Porsche 911.

Les deux Sébastien Dexant et Sauvadet après de multiples arrêts au stand se classe 28e avec leur Alfa.

Le podium 2013 du Trophée Alain Fabre

Eh dit Clot c’est encore loin Pau ? Tais toi et pousses !

Michel et Florent Cazalot sont aux portes du top 10 avec leur Austin Healy 3000 M.

Beaucoup de misères pour la Lotus Elan de Gilbert et Max Soleil, qui se classent 27e, la Mini de Voudon, Desmaison prend la 19e place.

Dastarac et Piaud deviennent des habitués de la 1e marche du podium du Trophée Alain Fabre

Retrouvez tous les classements ici : http://www.actumecanique.fr/spip.php?article3263

B.L.S.