A QUELQUES SECONDES DU BONHEUR

samedi 30 avril 2016 par IMEC

7 secondes 833 : tel est l’écart qui séparait la Norma-Honda de l’équipe périgourdine CD Sport championne en titre de celle des vainqueurs à l’arrivée des 4 Heures Endurance Proto V de V disputées au Mans. Les deux équipages en lice pour la victoire étaient composés chacun de deux pilotes Elite et d’un « amateur » mais CD Sport s’est vu attribuer un handicap temps de six passages par les stands à effectuer pendant la course contre cinq pour ses rivaux, soit une perte d’environ 25 secondes. Jean-Ludovic Foubert est en effet gradé Open, niveau intermédiaire dans la classification en vigueur, alors que son alter ego dans le camp adverse est considéré comme simple Gentleman.

Clairement, en la matière, on n’a pas affaire à une science exacte : Comment évaluer les compétences réelles d’un pilote par rapport à un autre, en fonction des nombreux paramètres qui peuvent entrer en ligne de compte comme la qualité du travail de son écurie, ou l’équipement pneumatique à un instant T ? Chez CD Sport, on a toutefois quitté Le Mans avec la satisfaction d’avoir affiché des performances de premier ordre. Le bilan est en effet largement favorable avec la pole position, le meilleur chrono absolu des qualifications, le 3e temps en course, une voiture 2e à l’arrivée, une autre dans le Top 5 et les purs Gentlemen au pied du podium Prestige… Sans oublier une nouvelle livrée du plus bel effet sur des autos qui disposent maintenant de toutes les évolutions 2016.

Norma N°32 : Comme à Barcelone, un changement radical des conditions d’adhérence est intervenu pendant la séance de qualification. Nicolas Maulini a signé sur le sec un temps que personne ne sera en mesure de battre, puis Jean-Ludovic Foubert s’est élancé sous la pluie et la moyenne a placé la 32 au 4e rang. Le même Jean-Ludo a pris un excellent départ, avant d’assumer la moitié des passages au stand obligatoires. Nicolas Maulini a couvert le deuxième relais et Kévin Bole-Besançon a bouclé la boucle, ne perdant le commandement qu’à la faveur de l’ultime détour par la pitlane, au titre du handicap temps imposé à l’équipage.

Pour les trois pilotes, qui n’ont fait aucune erreur, le bonheur de monter sur leur premier podium 2016 dominait au soir de l’épreuve la plus courte de la saison. « J’apprécie Le Mans qui est le circuit le plus proche de ma région. On est toujours déçu d’être 2e quand on aurait pu être 1er mais je préfère être 2e que dernier » positivait non sans humour le Breton Jean-Ludovic Foubert. « La voiture marchait bien, elle était constante même en pneus usagés, les gars au ravito ont été parfaits et nous n’avons pas connu de soucis mécaniques » se réjouissait pour sa part le Suisse Nicolas Maulini. Et Kévin Bole Besançon de conclure sur la même tonalité : « j’ai donné le maximum, nous n’avons pas gagné cette fois mais j’espère que notre tour ne va plus tarder ! » Grâce à ce résultat les pilotes de la 32 remontent à la 5e place au championnat.

Norma N°30 : En qualification, Thomas Accary a perdu du temps derrière une voiture moins rapide dans son meilleur tour en pneus neufs. Quand Philippe Haezebrouck a pris la piste à son tour, la pluie avait déjà fait son apparition et le Rémois est sorti dans un bac à graviers. Il a pu boucler deux tours en fin de séance mais la 30 s’est retrouvée assez loin sur la grille. Sébastien Dhouailly a vite effacé cette péripétie en réalisant à nouveau un départ inspiré. Il est en effet rapidement remonté aux avant-postes avant de passer le volant à Philippe. Thomas a franchi la ligne d’arrivée au 5e rang à un tour des vainqueurs. La n°30 avait peut-être le potentiel de jouer le podium mais deux « drive through » lui ont été infligé pour dépassement des lignes blanches délimitant la route de course. Des petites coupures moteur à la réaccélération ont également ralenti sa progression.

Pas de quoi décourager ses pilotes à l’image d’un Sébastien Dhouailly optimiste : « Je ne suis pas mécontent de revoir le top 5. J’ai pris un bon départ sur le même tempo qu’à Barcelone. J’ai gagné moins de places d’un coup car la première chicane est plus étroite, mais j’étais 8 ou 9e à la Chapelle et assez rapidement dans les 5 premiers. J’ai hâte d’être au Paul Ricard où CD Sport est traditionnellement bien dans le coup. » Philippe Haezebrouck était déçu de son temps des essais mais les conditions n’étaient pas évidentes et il a effectué un bon relais en course. « Le week-end a été agréable au sein d’une très bonne équipe, maintenant, il n’y a plus qu’à ! »

Norma N°31 : La 31 des Gentlemen était la seule chez CD Sport à être pilotée par un duo. Sur 4 heures, le coup était jouable mais un troisième comparse devrait rejoindre Ludovic Cochet et Rémy Kirchdoerffer pour le demi-tour d’horloge du Paul Ricard. Ludo a retrouvé en qualification des conditions favorables, mais il ne s’est pas contenté de l’extérieur de la première ligne comme à Barcelone… Il a signé la pole position ! Au terme d’un beau relais d’1h10, il a passé la main à Rémy. Selon les dires de son team-manager Claude Degrémont, l’Alsacien a réalisé au Mans sa meilleure course depuis son arrivée dans l’équipe. Ludo a ramené l’auto à bon port en 13e position, tout près du podium de la catégorie Prestige, réservée aux équipages sans pilote Elite.

« J’ai maintenu Alain Ferté derrière moi un peu plus d’un tour, puis j’ai repris la tête au gré des passages par les stands des uns et des autres, malheureusement j’ai un peu abusé des lignes blanches »notait Ludovic Cochet. « C’était plus facile qu’à Barcelone sur un circuit que je connais beaucoup mieux. J’ai pu me mettre assez vite dans le rythme et me concentrer sur le pilotage pour profiter pleinement du plaisir d’attaquer. Pour l’instant je sens mieux mes limites sous l’eau que sur le sec, c’est le point à améliorer, je crois freiner tard, mais ça freine encore plus tard ! » Son équipier Rémy Kirchdoerffer n’était pas mécontent non plus. « Je suis sorti de la voiture après 1h40 avec la sensation d’avoir bien progressé depuis la précédente édition de l’épreuve en 2014 : j’ai gagné une grosse poignée de secondes au tour, sans perdre la régularité. On a eu un souci d’éclairage et deux pénalités, sans quoi le podium Prestige était pour nous. J’ajoute que la version 2016 de la Norma avec la nouvelle aéro réagit très bien, elle met en confiance et les nouveaux freins sont fantastiques. »

Compétiteur dans l’âme, Claude Degrémont regrettait tout de même d’être passé si près du succès dans la Sarthe : « Je ne suis pas satisfait de la nouvelle classification des pilotes, j’espère que nous pourrons en rediscuter sereinement avec les organisateurs, avec des éléments concrets pour trouver le bon équilibre. Sinon, l’équipe est compétitive, la performance est au rendez-vous, c’est l’essentiel. Nos adversaires viennent d’aligner quatre victoires mais nous irons au Paul Ricard pour gagner. » Comme en 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015 !

Le classement est ici : http://actumecanique.com/IMG/pdf/5574_-_clas._proto_vdev_le_mans_16.pdf

B.L.S. – source R. Didier @ photos Maurice Camus