SOFREV ASP TERMINE SA SAISON AVEC UN 14e TITRE

jeudi 6 novembre 2014 par IMEC

En GT FFSA, au Paul Ricard, le team Sofrev ASP clôture sa saison de fort belle manière. Deux podiums et un deuxième titre consécutif de Champion de France équipe, ce qui porte à 14 titres pilote ou équipe depuis 1999, date de la création de la structure par Jérôme Policand. A ce titre il faut rajouter des places d’ honneur obtenues par ses pilotes qui se classent respectivement : Morgan Moullin-Traffort, Philippe Giauque 4e, Eric Debard, Olivier Panis 5e et Jean-Luc Beaubelique, Ludovic Badey 9e. Jérôme fait le bilan de cette saison très chargée en terme de participation : « Bien sûr, le championnat par équipe n’a pas la même saveur que le championnat pilotes mais c’est quand même une belle consolation. Nous le gagnons deux années de suite avec une concurrence démentielle mais nous avions de très bons équipages avec Panis, Debard, Badey, Beaubelique, ou Moullin-Traffort, Giauque. Ce titre, tous les pilotes y ont contribué, chacun en a porté une partie et c’est aussi le plus représentatif de leur compétitivité.
Nous avons fait une saison moins limpide que celle de l’année dernière c’est vrai, quand Fabien et Morgan ont remporté le championnat. Nous étions à ce moment là peut-être un peu moins compétitifs mais nous avions marqué à 14 reprises des points et c’est comme cela que l’on gagne un titre. Cette année, nous avons mal commencé le championnat de France en partie sans doute à cause des autres programmes à préparer. Le début de saison a été difficile. Mais dès le troisième meeting à Spa, nous avons su redresser la barre, nous étions dans le match avec un niveau de compétitivité tout à fait correct pour signer notre première victoire. Sur les 10 dernières courses du championnat, nous en avons mené 9. Pour revenir dans le coup, il ne fallait faire aucune faute mais malheureusement, il y a eu la victoire de Nogaro et le déclassement. Nous avons marqué beaucoup de gros points mais nous n’avons pas été les plus réguliers. Un bilan de 4 victoires et 8 podiums… Je n’ai pas de regret car il y a de beaux champions et de belles équipes aux avant-postes. Le spectacle a souvent été au rendez-vous et les bagarres ont été magnifiques. Finalement, c’est ce que les spectateurs et les partenaires souhaitent et nous sommes heureux de participer à la fête. »

Le team était également présent en ELMS avec deux Ferrari avec en prime une participation aux 24 Heures du Mans, des moments forts comme nous l’explique son team manager : « Concernant l’ELMS avec l’équipage de la GTE Pons, Barthez, Ayari, je dirais qu’au niveau sportif tout s’est passé en deux temps. Il y a eu d’abord Silverstone et Imola puis les 24 Heures du Mans, où tout a été fluide. Même si nous débutions dans la discipline, nous étions complètement dans nos objectifs, sans problème technique, avec de bonnes stratégies et des pilotes qui s’adaptent bien. Il y avait beaucoup de choses nouvelles à intégrer et finalement sur cette première partie de saison nous avons joué les bons élèves. Puis, il y a eu la deuxième partie, avec quelques regrets et des problèmes techniques mineurs mais qui ont quand même provoqué deux abandons. Par contre, notre niveau de compétitivité était accru, pour exemple, la dernière course à Estoril où lors de notre abandon nous étions troisièmes alors qu’il restait 50 minutes de course… Nous maîtrisions mieux notre sujet mais cela ne s’est pas concrétisé par des résultats. Ne pas avoir été en mesure d’accrocher un podium malgré le niveau du championnat demeure une petite déception mais il ne faut pas perdre de vue que nous avions deux pilotes Bronze dans la voiture, ce qui n’était pas forcément le cas chez nos rivaux. Et même face à des équipages hyper pros, à la fin, nos pilotes ont été compétitifs. Pour la Ferrari engagée en GTC avec Belloc, Bourret, Gibon, nous avons terminé toutes les courses aux alentours du Top Ten avec une belle cinquième place à Imola. Un équipage solide et expérimenté mais comme en GTE, il est difficile de rivaliser avec les trios composés de plusieurs pros. Plus globalement, au niveau du team, il est clair que nous avons passé un cap au niveau organisation. Les 24 Heures du Mans, la course la plus atypique et la plus exigeante a sans doute été aussi pour nous la course la plus aboutie. Nous avions vraiment bien tout préparé et en course, tout s’est passé comme prévu. Cela restera un grand souvenir. L’ELMS représentait deux défis cette saison, le défi championnat et le défi technique car même si la voiture est une Ferrari 458, la GTE n’a rien à voir avec la GT3 et sur ce point, nous avons assuré. Il faut garder à l’esprit que les règlements du Mans et de l’ELMS, dans une moindre mesure, sont des règlements faits pour des usines et que cela génère des découvertes tous les jours et il faut être irréprochable… Nous avons fait la saison pour apprendre ! » En plus de ces championnats Sofrev ASP a fait quelques incursions dans le Challenge GT/Tourisme en V de V ou encore en GT Open avec bonheur. La saison 2014 touche donc à sa fin et il temps de penser à la prochaine mais avant de dévoiler ses projets, Jérôme et son équipe feront un break bien mérité.

B.L.S. source Sofrev ASP @ photos P. Hecq