LE SUSPENS ABSOLU PENDANT 24 HEURES POUR 3 VOITURES

mardi 25 juillet 2017 par IMEC

Les 24 Heures de Spa ne sont pas seulement la quatrième manche de la Blancpain GT Series Endurance Cup mais le rendez-vous annuel incontournable de l’endurance GT et même la plus grande course de ce type au niveau mondial. Ces deux tours d’horloge dans les Ardennes belges sont l’occasion unique de voir s’affronter une bonne soixantaine des meilleures GT sur un toboggan d’un peu plus de 7km, toujours à la merci des plus incroyables caprices météorologiques. Une course unique en son genre dans une ambiance qui ne l’est pas moins car si le départ de la course est donné le samedi à 16h30, cette semaine de fête débute dès ce mardi pour le plus grand bonheur des participants et des fans.

Fidèle depuis 2011 à cette épreuve et vainqueur en catégories Pro-AM, cette année là, et AM deux ans plus tard, le Team AKKA-ASP alignera cette année trois voitures. Trois Mercedes-AMG GT3, deux en PRO et une en catégorie Pro-AM. Après une magnifique et quelque peu inattendue 2e place au scratch l’année dernière, Jérôme Policand, créateur et Team Manager de la structure implantée dans le sud-ouest de la France revient sur l’engagement 2017.
"En 2016 nous avions aligné deux voitures, cette année nous passons à trois dont deux en PRO. Trois voitures sur une course de 24 heures, cela marque une nouvelle étape de franchie en matières logistique et organisationnelle. Nous avons peaufiné la préparation et effectué récemment des tests à Barcelone. Cette saison est vraiment intense. La voiture N°88 bénéficie, comme en 2016, du soutien officiel de AMG pour cette course tandis quel’ensemble des voitures bénéficie d’un soutien technique. AMG a directement détaché dans notre équipe trois personnels : un ingénieur châssis, un ingénieur data et un technicien. Un coup de pouce « global » de la marque à l’ensemble des équipes Mercedes permet la mise en commun de plusieurs ingénieurs dont notamment un ingénieur météo, plutôt utile à Spa… Côté partenaires, Sofina a renforcé son engagement pour cette épreuve sur la N°90 qui, du coup, a changé de couleur pour se glisser dans une livrée bleue."

Au niveau sportif, comme à son habitude, Jérôme Policand préfère rester prudent et humble face à une telle épreuve. A Spa, rien n’est jamais acquis. "Avec deux voitures en PRO, il est vrai que nous doublons nos chances de bons résultats au scratch en comparant avec 2016. Oui, mais ce n’est pas si simple. L’objectif est avant tout de terminer la course. Cela peut paraître une évidence mais il faut prendre les choses dans l’ordre. Compétitifs ? Je pense que nous le serons. Nous avons démontré un bon niveau de performance depuis le début de saison. Mais il faudra garder à l’esprit que le résultat 2016, qui a été tout simplement génial, est aussi du à une bonne part de réussite. N’oublions pas qu’en 24 heures il y a eu 22 changements de leader… Ce qui est le plus facile à Spa ? C’est sans doute de perdre la course, il ne faut jamais l’oublier ! C’est une manche de la Blancpain GT Series et en matière de hiérarchie, il existe déjà de solides repères. Le premier objectif sera donc de ne pas commettre d’erreur et de terminer l’épreuve. Si ces deux conditions sont réunies, le reste devrait suivre.’’

D’année en année, le plateau devient de plus en plus compétitif et le résultat final est de plus en plus compliqué à pronostiquer car les prétendants à la victoire ne cessent d’augmenter. Cette évolution n’a pas échappé au « boss ». "Beaucoup de choses ont évolué sur cette course et influent sur la façon de l’aborder. Tout d’abord le nombre d’engagés en catégorie PRO. Avec 35 engagés dans cette catégorie, le rythme global de la course est bien plus soutenu et le niveau d’exigence plus élevé. Il n’est plus possible aujourd’hui de faire une course d’attente, il est nécessaire de rester au contact. Se faire distancer, c’est déjà en partie renoncer. Il y a aussi un autre facteur, avec 65 voitures en piste, le risque d’incidents est forcément élevé, plus élevé que sur une autre course d’endurance. La gestion de course est primordiale et il devient indispensable d’être bien préparés."

Du côté des équipages, le Team AKKA-ASP fait rouler ses pilotes habituels. Il n’y a pas de temps d’adaptation à prévoir, la mécanique est déjà bien huilée. "Les équipages n’ont pas été chamboulés et c’est un point très positif. Sur la N°88, l’équipage habituel a été conservé et en connaissant la vitesse de pointe de ce trio, je crois qu’en matière de performances, il n’y a pas trop de questions à se poser. Idem pour la N°90, rien de nouveau à explorer. Chacun des pilotes connaît l’équipe et sa façon de travailler. Pour avancer efficacement cette bonne connaissance du team et des automatismes développés au cours de la saison sont essentiels. Sur la voiture N°89, la Pro-AM, ce sont également les pilotes habituels qui se glisseront dans le cockpit. Seule nouveauté, ils seront quatre, rejoints par Nico Bastian, pilote officiel AMG, qui fait depuis le début de saison du super boulot sur la N° 87. Il connaît lui aussi le team et ses « coutumes »."

Justement, la N°87 ne fait pas partie de la liste des engagés, comme en 2016. Un peu surprenant puisque cette voiture pointe à la 3e place de la Blancpain GT Series Endurance Cup. Jérôme Policand revient sur les raisons de cette « absence »."Effectivement, Jean-Luc Beaubelique ne sera pas là. Jules Gounon sera à Spa dans une autre équipe, comme cela avait été convenu en début de saison s’il avait une opportunité. L’absence de Jean-Luc n’est pas une surprise. Depuis deux ans, il écarte Spa de son programme pour ce que je considère comme une bonne raison. Ayant déjà gagné à Spa en AM et en Pro-AM, il a pour habitude de dire qu’il ne pourrait de toute façon pas faire mieux ! Cela se défend. Donc en l’absence de cette voiture, il était assez logique de faire glisser Nico sur la N°89." Spa est une course d’endurance internationale tout comme le team AKKA-ASP. En effet, Sur 10 pilotes, l’écurie ne compte que deux Français mais aussi un Britannique, deux Italiens, un Allemand, un Espagnol, un Porto Ricain et deux Suisses. Sur cette course hors normes, entre animations et fièvre sportive, le team AKKA-ASP fera partager à une cinquantaine d’invités privilégiés la magie d’une course de 24 heures en leur permettant de se glisser dans les coulisses d’une équipe professionnelle.

Enfin, une quatrième Mercedes-AMG GT3 portera les couleurs AKKA-ASP dans les Ardennes, celle de Anthony Pons qui participera en Belgique à la quatrième manche du Blancpain GT Sports Club."Anthony est en tête du classement général du championnat et il espère bien conforter son avance sur ce tracé si particulier. Sur six courses déjà disputées, il en a remportées trois et est monté en plus à deux reprises sur le podium. Les pilotes du Sports Club ne se font pas de cadeaux et à chaque fois, il faut vraiment aller chercher la victoire. A Spa, je m’occuperai tout particulièrement d’Anthony durant les deux courses qui se dérouleront le vendredi après-midi et le samedi matin.

Le départ de la 69e édition des 24 Heures de Spa sera donné le samedi 29 juillet à 16h30 et l’arrivée jugée le lendemain à la même heure… Le suspense reste entier quant au potentiel résultat.

B.L.S. – communiqué @ photos Patrick Hecq