72e GRAND PRIX D’ ALBI : IL FAUT UN DEBUT A TOUT

mercredi 21 septembre 2016 par IMEC

Ce 72e Grand Prix est en quelque sorte une résurrection qui après deux longues années ‘’sans’’ voyait son retour. Un retour qu’il faut saluer avec les nouveaux acteurs que sont Didier Sirgue le grand patron des lieux, son fidèle lieutenant, Jean-Philippe Dayraut et Gregor Raymondis, le directeur du circuit du Séquestre. Une équipe qui a réalisé un formidable travail en amont, dans tous les domaines, structures, décoration, nouveau podium, WC, toilettes, et autres. Travail salué comme il se doit par plusieurs milliers de spectateurs sur les deux jours. Chapeau bas Messieurs pour votre détermination.

Ceci étant dit, il ne faut pas que l’arbre cache la forêt. Les plateaux n’étaient au top de ce 72e Grand Prix, avec par exemple trois ou quatre GT, et même avec la présence des deux splendides Mercedes AMG GT3 emmenées par Jérôme Policand du team AKKA –ASP qui rappelons le dispute les épreuves du Blancpain Series, pilotées par l’ Albigeois Eric Debard et l’ Isérois Gabriel Balthazar ne pesait pas lourds. D’accord la France n’a plus d’épreuve GT depuis cette année mais ou sont passées celles qui étaient annoncées ? Une petit dizaine aurait été les biens venues comme annoncées. Il faudrait aussi ne pas voir des meetings se télescoper entre le GT Tour et autres et, Albi. Il est évident que les pilotes du cru, Nicolas Milan et ses Clio ou RCZ, Bernard Castagné, David Pouget, Eric Trémoulet, Renaud Malinconi, liste non exhaustive aurait apporté du grain à moudre en particulier dans le plateau du GT Radial disputé avec des Clio qui aurait apporté un plus avec quatre, voire plus d’autos…. Mais que voulez-vous ils étaient au Mans. Mention spéciale pour Benjamin Diaz de Pole position 81, avec l’apport des Twin’cup pilotées par des célébrités à l’exemple de Gérard Holtz, le motard Alexis Masbou, et une tripotée de Clio. Il serait souhaitable que la date du prochain Grand prix doit être revue, de manière à ne pas avoir des plateaux en concurrence. Je sais, vous allez me dire : ‘’les conseilleurs ne sont pas les payeurs’’, mais c’est quand même dommage de se priver de pilotes, surtout ceux que nous avons cité plus haut, et bien sûr d’autres. Si nous devons résumer ce grand prix : ‘’Il faut un début à tout’’ : déjà il fallait lui redonner une consistance, c’est fait, maintenant il faut présenter des plateaux de qualités sans bien sûr oublier ce qui fait son attrait, les vedettes, les démonstrations, de Drift de camions, etc.

Un week-end faste pour le Toulousain Clément Berlié

Côté sportif grâce à un magnifique soleil, le spectacle a tenu toute ses promesses, les Mitjets 2 litres dont le Toulousain, le cordon bleu Michel Sarran en est la guest star voit un autre Toulousain Clément Berlié, rafler la mise avec un seul faux pas lors de la course 2 en décrochant une modeste 6e place, mais rapidement oubliée par trois victoires.

Toujours sur le podium Anthony Beltoise

En Championnat de France Super Tourisme qui se veut le plateau le plus huppé les deux pilotes d’ Yvan Muller Racing vont mener la vie dure à Anthony Beltoise du Pelras Compétition. Ce dernier devra s’incliner par quatre fois en terminant une fois 2e et trois fois 3e. Antonin Borga et Antoine Jung sont à égalité de victoires deux partout, mais Jung sort vainqueur de ce duel en réalisant deux secondes places contre une 2e et 3e pour Borga. Le pilote et directeur du circuit, Gregor Raymondis réussit de belles choses et étant toujours au pied du podium, paraîtrait-il que c’est un amateur pur et dur…. Jérôme Policand et Didier Sirgue ont prouvé qu’ils n’étaient manchots derrière le volant, ce à quoi nous ne doutions pas.

Le grand vainqueur s’appelle Stéphane Eychenne, qui plus est s’octroie les deux Trophées Christian Delpech

Pour une première le plateau GT Radial SX2 Cup issu des Clio Cup phase 2, 3 et 4 avec des pneus identiques des GT Radial d’ou la dénomination comprend deux manches. Le Gersois Stéphane Eychenne s’impose à la régulière. Premier à la course 1, second à la seconde il repart avec Trophée Christian Delpech qu’il avait remporté voici 3 ans (1).

Gabriel Balthazard, Eric Debard et Cyril Calmon, le podium de la course 1 du Tophée GT Sprint

Le Trophée GT Sprint qui devait se disputer sur quatre courses, n’en aura finalement été ramenée à trois faute de combattants. Deux victoires pour Eric Debard au volant de la Mercedes AMG et une pour Lionel Mazars sur Vortex. Pour la petite histoire la seconde Vortex pilotée par Marc Lambec et Julien Caussade a pris un gros caramel lors de la course 1, voiture out.

(1) Voir ici : http://www.actumecanique.com/spip.php?article3148 et http://www.actumecanique.com/spip.php?article3191

Les classements ici : http://www.actumecanique.com/spip.php?article5909

B.L.S.